Partenaires

logo Sphere
CNRS
Logo Université Paris-Diderot Logo Université Paris1-Panthéon-Sorbonne


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Archives > Séminaires des années précédentes > Séminaires 2014–2015 : archives > La stimulation cérébrale profonde et l’histoire des maladies neurodégénératives et psychiatriques 2014–2015

Axe Histoire et philosophie de la médecine

La stimulation cérébrale profonde et l’histoire des maladies neurodégénératives et psychiatriques 2014–2015

JPEG


Séminaire dans le cadre du projet ANR Normastimm, Les neurosciences de l’expérimentation à la clinique (14-CE30-0016-01).


Coordination : Jean-Claude Dupont, Céline Cherici, Jean-Gaël Barbara, (SPHERE)



PRESENTATION


Porteuse de grands espoirs, la stimulation cérébrale profonde (SCP) est une découverte récente, issue d’essais sur les malades parkinsoniens réalisés par les équipes du neurochirurgien français Alim Louis Benabid et du neurologue Pierre Pollak. Le concept de neurostimulation quant à lui s’inscrit dans une tradition plus ancienne, celle qui lie l’électricité au système nerveux, soit à des fins de recherche et d’exploration, soit à des fins thérapeutiques. La neurostimulation naît à la jonction de l’histoire de neurologie, de la neurochirurgie, de l’électrophysiologie et de l’électricité médicale, incluant l’électrodiagnostic et l’électrothérapie. Sans nécessairement remonter jusqu’à la fameuse découverte de « l’électricité animale » par le médecin italien Luigi Galvani, il convient de rappeler ce qui est ce vrai commencement de la neurostimulation : à partir de la fin du XIXe siècle la constitution de l’électrophysiologie vers l’électrodiagnostic chez l’homme et la mise en place de techniques d’exploration cérébrale telles que l’électroencéphalographie. Le développement de la neurostimulation se fera ensuite selon diverses modalités, en lien étroit avec l’exploration chirurgicale et la stéréotaxie. Ces techniques permirent de décrire au cours du XXe siècle un fonctionnement dynamique du cerveau humain, mai aussi d’appréhender organiquement les champs cliniques des maladies neurologiques et neurodégénératives et de donner naissance à des applications thérapeutiques. De la maladie de Parkinson et des troubles moteurs, les indications de la SCP ont été étendues récemment des maladies neurodégénératives à certains troubles psychiatriques ou neuropsychiatriques, notamment à leurs formes résistantes (TOC, dépressions, addictions).
Le séminaire vise une mise en perspective historique de la SCP. Il porte plus spécialement sur l’histoire et l’épistémologie des maladies neuro-dégénératives et psychiatriques qui en sont devenues les domaines privilégiés d’application. Quelle est la place des techniques de stimulation dans l’histoire des maladies, la compréhension de leur pathogénie, et plus généralement l’histoire instrumentale des neurosciences ? L’histoire de ces maladies et de leurs thérapeutiques fera réévaluer la place des acteurs médicaux. Interroger les différents champs d’applications de la SCP permettra aussi de mieux cerner les limites conceptuelles et techniques entre maladies psychiatriques et neurologiques.



Vers l’année en cours

PDF - 3.8 Mo




PROGRAMME 2014–2015  : Université Paris Diderot, 14:00–17:00, salle Mondrian, 646A*, sauf exception



Vendredi 13 février 2015

  • Jean-Claude Dupont (SPHERE)
    La maladie de Parkinson : histoire pathogénique et thérapeutique.
  • Céline Cherici (SPHERE)
    Stimulation cérébrale profonde et psychiatrie : les troubles obsessionnels compulsifs.


Jeudi 26 mars  !! 12h-15h, campus Jussieu, bâtiment B 5e étage, salle B50 1 !!

  • Jean-Gaël Barbara (SPHERE)
    La dégénérescence nerveuse au XIXe siècle et le concept de maladie dégénérative.
  • Laura Bossi-Régnier (SPHERE)
    Maladies neurodégénératives : modèles physiopathologiques et cibles thérapeutiques.


Vendredi 24 avril

  • Vincent Pidoux (Université de Lausanne)
    Efficacité et progrès thérapeutiques en question : le cas de la stimulation cérébrale profonde des patients dépressifs.
  • Baptiste Moutaud (CERMES3, Paris)
    Comment faire l’histoire de la stimulation cérébrale profonde ? Acteurs, pratiques, espaces d’une technologie aux frontières poreuses.


Vendredi 22 mai

  • Manuel Correia (University of Coimbra)
    La psychochirurgie et la rhétorique des résultats.
  • Jean-Noël Missa (Université Libre de Bruxelles)
    De la psychochirurgie à la stimulation cérébrale profonde.





* Université Paris Diderot, bâtiment Condorcet, 6e étage,
4 rue Elsa Morante, 75013 Paris – plan d’accès.
Metro : ligne 14, RER C, arrêt : Bibliothèque François Mitterrand. Bus : 62 89 325 64 / Avenue de France.