Partenaires

logo Sphere
CNRS
Logo Université Paris-Diderot Logo Université Paris1-Panthéon-Sorbonne


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Membres > Pages personnelles > GHESQUIER-POURCIN Danièle

GHESQUIER-POURCIN Danièle



Chargée de recherche - INSERM retraitée

Me contacter


Cursus

Diplômes

Diplôme d’ingénieur du CNAM, spécialité Biologie, Paris, 1975. Doctorat d’Etat es Sciences Naturelles. Université Pierre et Marie Curie-Paris VI, 1983.

Formation complémentaire

1977-1978 , Histoire ,1r cycle, université Paris IV-Sorbonne

1981 , Techniques de l’immunofluorescence et des réactions immunoenzymatiques, Institut Pasteur.

1987 , Biologie moléculaire, Paris 7

1990-1991 , Histoire contemporaine, histoire médiévale, histoire byzantine. Université Paris 1-Sorbonne.

1991-1993 , stage de reconversion en histoire des sciences, Paris, INSERM U 158.

1992-1993 , Cours du DEA d’histoire et d’épistémologie des sciences. Paris 7.

Collaborations- séjours à l’étrangers

1985-1986, Recherches sur l’élongation des acides gras membranaires. Janvier 1985 à Juillet 1986.

University of Connecticut health center. Department of pharmacology. Farmington. Connecticut. USA.

Thèmes de recherche

- I Une histoire de la maladie spécifique : L’affaire de la gale

La maladie spécifique est admise aujourd’hui comme étant l’état pathologique créé par une cause spécifique, vivante, venant de l’extérieur du corps. Cette idée ne fut pas acceptée sans de très fortes réticences et des rebondissements spectaculaires jusqu’à la fin du 19e siècle. La gale est le premier exemple de ce type de maladie et l’histoire de la gale est l’histoire des théories successives de la maladie qui se sont opposées pendant des siècles. Notre histoire de la maladie spécifique se termine par une affaire de fraude scientifique dont le sarcopte de la gale fut l’acteur-vedette, apparaissant et disparaissant selon que l’on croyait ou non à son rôle direct dans la maladie. Cette histoire de la maladie spécifique est une illustration parfaite de ce que Ludwik Fleck et Bruno Latour appellent la construction collective d’un fait scientifique.

- II La construction du cytoplasme cellulaire

Le cytoplasme cellulaire est la partie de la cellule qui a centralisé tous les fantasmes de la science biologique. Témoin des grands bouleversements du 19 e siècle, (théorie cellulaire, théorie de l’évolution, théorie protoplasmique, théorie enzymatique, théorie colloïdo-enzymatique), il subit successivement l’influence de chacune de ces théories. De 1868 à 1910, soit pendant 42 ans, les différentes hypothèses mettent en jeu les structures, soit moléculaires, soit corpusculaires, du protoplasme, c’est à dire la matière et ses transformations. Au début du 20e siècle, le concept d’énergie favorise une vision dynamique des phénomènes cellulaires. Les interfaces colloïdales protoplasmiques deviennent les seules structures, naturelles ou artificielles susceptibles d’expliquer l’action des enzymes (théorie colloïdo-enzymatique, 1910-1930). Le paradigme colloïdal disparaîtra avec la "normalisation" des protéines mais le cytoplasme cellulaire gardera son mystère encore un bon quart de siècle avant que le rôle des organites soit reconnu.

- III Energie, science et philosophie au tournant 19e-20e siècle

Ce thème est un sous thème de la construction du cytoplasme cellulaire, mais il était nécessaire de le développer pour lui-même afin de comprendre la relation entre le vivant et l’énergie qui, dans l’histoire de la cellule et de ses parties, se matérialise vers 1900. C’est à dire à la fin de la seconde partie du 19e siècle marquée par les bouleversements de la science et de la philosophie occidentales, consécutifs à l’émergence du concept d’énergie. L’observation attentive de l’histoire de ce concept a dévoilé une période de l’histoire des sciences peu connue ou peut-être oubliée, que nous appellerons : la période énergétique, où toutes les sciences, la littérature et la philosophie ont tenté d’intégrer le concept d’énergie dans les théories qui leur étaient spécifiques pour sortir de la crise que ce concept avait déclenchée en brisant l’unité de la physique ; et pour trouver une issue aux débats qui en avaient dérivé comme le débat mécanisme/énergétique ou le débat matière/énergie. Il semble, pendant cette période, dominée par le scientisme, que le progrès de la connaissance doive passer par le dynamisme puisque l’énergie est partout et que les doctrines mécanistes, qui ne peuvent en tenir compte, doivent être abandonnées. La première discipline qui intégra le concept d’énergie ne fut pas la physique comme on le pense généralement, mais la biologie par l’intermédiaire de la physiologie. Car ce fut Julius Robert von Mayer qui, par des mesures de dépenses énergétiques, démontra la loi de conservation de l’énergie vers le milieu du siècle. Le concept d’énergie devint ensuite une préoccupation des physiciens pour revenir à la discipline qui lui avait servi de base de départ, la biologie et plus précisément la biochimie. Cette seconde rencontre entre l’histoire de la biologie et l’histoire du concept d’énergie intervint au tournant du siècle. L’issue de la rencontre fut l’adoption de la théorie colloïdale par la biochimie comme théorie rendant compte du mécanisme de la vie, au niveau de la plus petite unité vivante : la cellule, et de sa partie active : le protoplasme. Car les biochimistes firent majoritairement table rase du paradigme structural qui régnait sur la biochimie jusqu’alors, et le remplacèrent par un paradigme énergétique basé sur l’énergie des colloïdes du protoplasme, que Thomas Graham et Georg Bredig du laboratoire de Wilhelm Ostwald avaient fait connaître et que Félix Le Dantec impliqua ensuite dans le processus d’évolution. Si cette étape énergétique eut de l’importance dans la construction du cytoplasme cellulaire, c’est parce que le paradigme colloïdal domina la biochimie jusqu’à la fin des années 1920. Un prix Nobel couronna même les travaux sur les colloïdes de Théodor Svedberg en 1926. Pourtant ce paradigme fut une impasse de la science ; il fut un frein très efficace à la connaissance des protéines et par voie de conséquence, à la connaissance du cytoplasme cellulaire.


Quelques publications (2004-2007)

ouvrages

2008 - Ghesquier-Pourcin D., La gale. Une histoire de la maladie spécifique. Hermann, Paris, 2008

2009 - Ghesquier-Pourcin D., Histoire de la théorie colloïdale, en cours.

en préparation- Ghesquier-Pourcin D, La naissance des organites. De la molécule polyvalente aux particules spécialisées

Ouvrages collectifs

2009 - Ghesquier-Pourcin D., Guedj-Chauchard M., Gohau G., Paty M., Energie, science et philosophie au tournant des 19e et 20e siècles, Paris, Hermann.

Chapitres d’ouvrages

2006 - Ghesquier-Pourcin D., "O Caso da Gala : uma história de doença específica", in Introdução à História e à Filosofia do ser vivo, Russo - Lecointre, M. ; Caposni, Sandra ( eds) - Editora Humanitas - Sao Paulo ( Brasil), 2006., 201-221.

2009 - Ghesquier-Pourcin D., Energie et biologie, Introduction, in Ghesquier-Pourcin Danièle, Guedj-Chauchard M., Gohau G., Paty M., (eds), "Energie, science et philosophie au tournant des 19e et 20e siècles", Paris, Hermann.

2009 - Ghesquier-Pourcin D., L’énergie et le vivant : les colloïdes du protoplasme acteurs de la vie et de son évolution, in Ghesquier-Pourcin Danièle, Guedj-Chauchard M., Gohau G., Paty M., (eds), "Energie, science et philosophie au tournant des 19e et 20e siècles", Paris, Hermann.

2009 - Ghesquier-Pourcin D., L’énergétisme en Russie, introduction, in Ghesquier-Pourcin Danièle, Guedj-Chauchard M., Gohau G., Paty M., (eds), "Energie, science et philosophie au tournant des 19e et 20e siècles", Paris, Hermann.

2009 - Ghesquier-Pourcin D., Oswald et le monisme, in ibid

2009 - Ghesquier-Pourcin D., Guedj-Chauchard M., Gohau G., Paty M., Energie, science et philosophie au tournant des 19e et 20e siècles, Conclusions, Paris, Hermann.

Articles récents

2002 - Ghesquier D ., La centrifugation et la cellule. La déconstruction du protoplasme entre 1880 et 1910, Revue d’Histoire des Sciences, 55/3, p. 323-377.

2003 - Ghesquier D ., Construction d’une théorie dynamique de la vie au tournant 19 e -20 e siècle, Bulletin d’Histoire et d’épistémologie des sciences de la vie. 10/2 (2003), p. 263-282.

2005 - Ghesquier D ., Interprétation du mécanisme de la vie et contenu conceptuel du protoplasme cellulaire, In Changes in interpretation and conceptual contents. Proceedings of the XXIst International Congress of History of Sciences, Mexico, Juillet 2001, (2005) vol 37, p. 2705-2729.

2005 - Ghesquier D ., La centrifugation et la cellule. Modèles expérimentaux de cellule créés par la centrifugation entre 1880 et 1940, Bulletin d’Histoire et d’épistémologie des sciences de la vie, Actes du colloque "Instruments et expériences en sciences de la vie", Nantes, 18-19 mars 2004, .12/2 (2005), p. 231-255.

2009 (à paraître) - Ghesquier D ., Needham et le protoplasme cellulaire. Colloque international "Biologistes engagés : science, histoire, philosophie, politique. Autour de Cambridge dans les années 1930". 3-5 juin 2004. co-organisé par REHSEIS (recherches épistémologiques et historiques sur les sciences exactes et les institutions scientifiques) - MSH (Maison des sciences de l’homme) et SHESVIE (Société d’Histoire et d’épistémologie des sciences de la vie), publications du CNRS, 2009, en cours de publication.


Quelques communications

Conférences données dans le cadre de congrès

2001, Ghesquier D ., Interprétation du mécanisme de la vie et contenu conceptuel du protoplasme cellulaire, XXIst International Congress in History of Sciences, MexicoO, Juillet 2001.

2001, Ghesquier D ., Energie contre matière (1900-1910). Le cas des organites cellulaires, Réunion an nuelle de la SHESVIE, organisée par la Société d’Histoire et d’Epistémologie des Sciences de la Vie, Lille, Octobre 2001.

2002, Ghesquier D ., les plasmagènes, dernier obstacle dans la construction du cytoplasme cellulaire, Congrès annuel de la SHESVIE, organisé par la Société d’Histoire et d’Epistémologie des Sciences de la Vie, Paris, Octobre 2002.

2003, Ghesquier D ., Construction d’une théorie dynamique de la vie au tournant 19 e -20 e siècle, Congrès annuel de la SHESVIE, organisé par la Société d’Histoire et d’Epistémologie des Sciences de la Vie, Louvain la Neuve, Belgique, Avril 2003.

2004, Ghesquier D ., Needham et le protoplasme cellulaire. Colloque international "Biologistes engagés : Science, Histoire, Philosophie, Politique. Autour de Cambridge dans les années 1930". 3-5 juin 2004, Paris. Organisé par REHSEIS, MSH, SHESVIE.

2005, Ghesquier D. , Les débuts de la centrifugation scientifique, Colloque organisé au Museum D’histoire naturelle de Nantes : "Instruments et expériences en sciences de la vie", Nantes, 18 et 19 mars 2004

Conférences données dans le cadre de séminaires

2000-2001 , La centrifugation et l’embryologie expérimentale à Naples et à Woods Hole. Séminaire du groupe "Histoire des stations maritimes et de la biologie marine en France", Centre Alexandre Koyré, Paris, 10 mai 2001.

2001-2002, Le lamarckisme et la cellule. Séminaire du groupe "Histoire du Lamarckisme", REHSEIS UMR 7596 Paris 7-CNRS, CHSMI-Paris I, IHPST-UMR 8960 Paris I-CNRS, REHSEIS, Paris, 8 mars 2002.

2001-2002 , La centrifugation et la cellule. Le rôle de l’énergie dans la déconstruction du protoplasme entre 1880 et 1910, séminaire du groupe "Histoire et philosophie de la biologie"REHSEIS, Paris, 3 mai 2002.

2003-2004, "L’énergie et la biologie au tournant 19e -20e siècle", séminaire du groupe "Histoire et philosophie de la biologie", "Energie, science et philosophie au tournant 19e -20e siècle" Paris, 14 juin 2004.

2005-2006, "Les colloïdes, substrats énergétiques de la vie et de son évolution", in Journée "L’énergie dans l’histoire des sciences de la nature", séminaire du groupe "Histoire et philosophie de la biologie", REHSEIS Paris, 26 mai 2006.

2005-2006, "La théorie colloïdale et le rôle de Wolfgang Ostwald", in "Journée "Persistance de l’ énergé tisme", séminaire du groupe "Energie, science et philosophie au tournant 19e -20e siècle" REHSEIS, Paris, 17 mars 2006.

2005-2006, avec Leonid Heller "L’influence de Wilhelm Fiedrich Ostwald dans le monde occidental", sé minaire du groupe "Energie, science et philosophie au tournant 19 e -20 e siècle" REHSEIS, Paris, 2 juin 2006.


Gestion de la recherche

Organisation de rencontres 2003-2007, Organisation du séminaire “Energie, Science et philosophie au tournant 19e-20e siècle”, avec Muriel Guedj, Gabriel Gohau et Michel Paty, (équipe REHSEIS)

2006- Organisation de la journée “L’énergie dans les sciences de la nature”, 26 mai 2006, Paris.

Activités éditoriales

2007 - préparation d’un ouvrage collectif, rassemblant les conférences du sémimaire “Energie, science et philosophie au tournant 19e-20e siècle” avec Muriel Guedj, Gabriel Gohau et Michel Paty, (équipe REHSEIS)

Comités scientifiques

2003-2005 , Membre du "bureau" du REHSEIS chargée de la formation et du financement de la recherche, correspondante "formation" du REHSEIS auprès du CNRS (2001-2003) et Responsable des relations avec la commission européenne.

2005-2006 , membre du comité scientifique pour la préparation de l’exposition "Changer d’ère". Cité des sciences et de l’industrie. La Villette. Paris cedex 19

1996-2007, Membre du conseil d’administration, de la SHESVIE, du comité de rédaction du Bulletin d’ histoire et d’épistémologie des sciences de la vie (SHESVIE).

2005- 2007, Membre de la Société Française d’Histoire des Sciences et des Techniques (SFHST)

2006-2007 , Membre de la société de philosophie des sciences (SPS)

Enseignements et directions de thèse

1988-1989 , Direction et jury de thèse de biologie. Nursel Demirkapi. Etude de l’élongation des acides gras NADH- dépendante dans le réticulum endoplasmique de foie. Mécanisme de régulation au niveau de la ß cétoréduction. Thèse de doctorat de l’Université Paris-Sud, mention Sciences pharmaceutiques, Paris XI, 1989.

2000-2001 , La construction du protoplasme cellulaire, cours aux étudiants du DEA d’Epistémologie et d’Histoire des Sciences, Université Paris 7-Denis Diderot, Paris, Avril-Mai 2001.

2000-2001, membre du jury de DEA d’Audrey Gatt, Epistémologie et Histoire des sciences, Université Paris 7-Denis Diderot, Titre : Plasticité et transformation : deux idées que l’on retrouve dans toutes les représentations du gène, 29 octobre 2001.

2002-2003, Histoire de la cellule, cours aux étudiants du DEA d’Epistémologie et d’Histoire des Sciences, Université Paris 7-Denis Diderot, Paris, 4 juin 2003. Diffusion des connaissances

2003 - Participation à l’émission de radio "Continent Science", de Stéphane Deligeorges, France Culture, programme "Les briques de la vie, histoire d’organes, de tissus et de cellules" de Nicolas Chevassus-au-Louis, diffusée le 6 février 2003