Partenaires

logo Sphere
CNRS
Logo Université Paris-Diderot Logo Université Paris1-Panthéon-Sorbonne


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Axes de recherche > Histoire et philosophie de la médecine > 3 Maladie, environnement, santé : approches historiques, philosophiques, écologiques et médicales

Axe Histoire et philosophie de la médecine

3 Maladie, environnement, santé : approches historiques, philosophiques, écologiques et médicales

JPEG


Thématiques de recherche / Membres / 2018–2022


Cette thématique réunit une dizaine de chercheurs qui entendent poursuivre, dans des projets collectifs ou à titre personnel, une partie de leurs recherches sur les questions des rapports entre environnement, santé et maladie. Comme par le passé, deux principaux projets se dégagent. Le premier s’intéresse à approfondir la dimension historique et philosophique du rapport environnement-santé. Comptant des spécialistes de zones géographiques variées pour des périodes historiques différentes, les chercheurs impliqués dans cet axe de recherche peuvent fournir le matériau nécessaire pour élaborer, dans les prochaines années, une étude comparatiste. La richesse et la volonté commune de questionner une grande variété de périodes (surtout les moins étudiées actuellement, comme la période médiévale) et les zones géographiques non européennes permettent de reposer la question des ruptures survenues dans le rapport Homme/Environnement. Un second projet réunit plusieurs chercheurs travaillant aux liens entre santé et environnement dans un cadre scientifique et social nouveau, ouvert par les découvertes médicales et les nouvelles divisions territoriales de pouvoir politique, au fil du XIXe siècle.


Le premier projet s’intéresse à approfondir la dimension historique et philosophique du rapport environnement-santé. Comptant des spécialistes de zones géographiques variées pour des périodes historiques différentes, les chercheurs impliqués dans cet axe de recherche peuvent fournir le matériau nécessaire pour élaborer, dans les prochaines années, une étude comparatiste. La richesse et la volonté commune de questionner une grande variété de périodes (surtout les moins étudiées actuellement, comme la période médiévale) et les zones géographiques non européennes permettent de reposer la question des ruptures survenues dans le rapport Homme/Environnement. Merhnaz Katouzian-Safadi abordera les textes médiévaux dans une perspective historique et en rapport avec la pensée scientifiques sur ces thèmes. Elle recherchera au cours de l’histoire, l’apparition de concepts nouveaux sur les rapports avec l’environnement et la restructuration des savoirs anciens sur le milieu. Florence Bretelle-Establet poursuivra son travail sur l’étude des liens perçus entre environnement et santé en s’intéressant tout particulièrement au discours des médecins écrivant depuis les marges méridionales de la Chine, au sujet d’une entité polysémique, le gu, « poison, empoisonnements, magie noire », qui, comme le zhang « miasmes », est depuis toujours rattaché aux terres méridionales. Marie Gaille aimerait mener à bien des travaux qu’elle vient d’engager et qui relèvent de l’effort de proposer une conception de la santé qui incorpore la dimension « ancrée » de l’être humain (dans un milieu de vie) dans l’histoire de la philosophie et de ses relations avec la médecine issue du corpus hippocratique et de la pensée aristotélicienne. A partir d’une mise en perspective historique, elle propose de mettre en évidence différentes propositions pour articuler santé et milieu de vie, et enfin, d’explorer la catégorie de « bien-être » sous l’angle de la relation au milieu, catégorie dans un rapport complexe et polémique avec celle de santé. Anne Marie Moulin, dans le cadre de ses réflexions sur vérité et histoire de la médecine, voudrait examiner le manuel d’hygiène composé en arabe sous la direction de Clot, directeur de l’école de médecine du Caire à sa fondation en 1828, et montrer l’association d’une approche anti-contagionniste des épidémies en Egypte avec un renouvellement des rapports entre les hommes et leur environnement au milieu du 19e siècle, ce qui est un bon moyen d’intégrer l’Orient dans l’Occident au 19e siècle et la médecine moderne dans la tradition léguée par le Moyen-Age.


Un second projet réunit plusieurs chercheurs travaillant aux liens entre santé et environnement dans un cadre scientifique et social nouveau, ouvert par les découvertes médicales et les nouvelles divisions territoriales de pouvoir politique, au fil du XIXe siècle. Gabriel Gachelin propose ainsi de poursuivre son travail sur la maladie de Chagas en étudiant les archives personnelles de Chagas pour la période 1915-1925, période pendant laquelle il a été suspecté d’avoir majoré l’importance d’une maladie vécue comme anecdotique par les médecins brésiliens. Valérie Chansigaud souhaite poursuivre ses recherches en étudiant plus spécifiquement la question de l’histoire de la notion de résistance (des insectes aux pesticides, des bactéries aux antibiotiques), de la diffusion dans la société de ces questions, du rôle des connaissances et de l’ignorance, de ce que révèle le parallèle entre deux problématiques impliquant des acteurs différents. Guillaume Lachenal poursuivra ses recherches sur l’histoire de l’émergence des épidémies de VIH et de VHC en Afrique, à la croisée de la virologie, de l’histoire sociale et de l’histoire de l’environnement, dans le cadre de plusieurs ANR qui sont encore en cours.



Membres / Thématiques /

Responsables
BRETELLE-ESTABLET Florence
KATOUZIAN-SAFADI Mehrnaz
Chercheurs - Doctorants - Post-doctorants
CHANSIGAUD Valérie
GACHELIN Gabriel
GAILLE Marie
LACHENAL Guillaume
MOULIN Anne-Marie

Liens vers les pages dédiées aux autres thématiques de cet axe :