Partenaires

logo Sphere
CNRS
Logo Université Paris-Diderot Logo Université Paris1-Panthéon-Sorbonne


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Publications > Revues > Oriens-Occidens > Numéro 4

Oriens-Occidens

Numéro 4

2002

PRÉFACE

par Roshdi Rashed

 Comme les précédents, ce volume, le quatrième, d’Oriens-Occidens réunit les travaux de deux journées d’études tenues au Centre d’histoire des sciences arabes et médiévales, en histoire de la philosophie médiévale latine et byzantine.

Organisée par Joël Biard, la première avait pour thème : Y a-t-il un sujet de la pensée au Moyen Âge ? ; la seconde, orchestrée par Anca Vasiliu, portait sur Physis et Technè à Byzance au VIe siècle. Ce volume accueille en outre quelques contributions à d’autres journées organisées par le Centre, en histoire des mathématiques et des sciences cette fois.
Ainsi, d’une journée consacrée à l’histoire de l’algèbre, on a retenu l’article de R. Franci sur l’algèbre italienne au XIVe siècle, et d’une autre séance, portant sur l’histoire des mathématiques en Inde, on trouvera les pages de J.-M. Delire sur l’arithmétique ; d’une dernière journée où il était question de l’histoire de la météorologie, on lira l’examen de la contribution d’al-Quhi – seconde moitié du Xe siècle à Bagdad – sur quelques phénomènes météorologiques qu’il a intégrés à l’Astronomie.

Ces cahiers d’Oriens-Occidens sont fidèles au programme qui a présidé à leur création : publier des travaux de recherche déjà exposés, discutés et critiqués au cours de journées thématiques organisées à cette fin, puis soumis à des spécialistes extérieurs au Centre, en histoire des sciences et en histoire de la philosophie anciennes et classiques ; repenser la conception des Moyens Âges pour n’en conserver que la contemporanéité, afin d’éviter de perdre à la fois la spécificité et l’universalité.
Pour nous en tenir à un exemple, entre les sciences et la philosophie cultivées à Bagdad au cours du XIe siècle et celles qu’on pratiquait au même moment à Oxford ou à Paris, il n’y a de lien que celui qui les unit dans un même temps. D’autre part, isoler l’Inde ou la Chine lorsque l’on étudie l’histoire des sciences ou de la philosophie durant ces siècles, c’est s’interdire de comprendre certains échanges et fécondations mutuelles.

Ces grands axes d’Oriens-Occidens, ainsi que les journées et les séminaires qui nourrissent les Cahiers, ont semble-t-il séduit d’autres chercheurs, qui ont voulu en reproduire le modèle ; nous ne pouvons que nous en réjouir, et leur souhaiter le succès nécessaire au service d’un domaine qui en a tant besoin.


SOMMAIRE

- Roshdi RASHED : Préface,
- R. RASHED : Al-Qûhî : de la météorologie à l’astronomie
- J.-M. DELIRE : Quelques aspects arithmétiques des commentaires de Venkatesvara et de Dvarakanatha à la géométrie du Baudhuyana sulbasutra
- R. FRANCI : Trends in Fourteen-Century Italian Algebra


Y a-t-il un sujet de la pensée au Moyen Âge (Introduction J. Biard)


- J. JOLIVET : Y a-t-il un sujet de la pensée au XIIe siècle
- J. BIARD : Le sujet de l’intellect chez Jean de Jandun
- K. ONG-VAN-CUNG : L’âme et la pensée selon Pomponazzi
- A. ELAMRANI-JAMAL : Le sujet de la pensée dans la Paraphrase du De anima d’Ibn Rushd


Sciences et philosophie à Byzance : « Physis et techné » à Byzance au VIe siècle (Introduction : A. Vasiliu)


- D. P. TAORMINA : À propos du modèle et de la copie. Notes sur Jean Philopon, De aeternitate mundi contra Proclum II
- M.-H. CONGOURDEAU : L’embryon entre néoplatonisme et christianisme
- H. HUGONNARD-ROCHE : Aux marges de l’empire byzantin : aspects de la tradition philosophique gréco-syriaque