Partenaires

logo Sphere
CNRS
Logo Université Paris-Diderot Logo Université Paris1-Panthéon-Sorbonne


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Membres > Pages personnelles > BRIZAY Eric

BRIZAY Eric

JPEG


Doctorant au laboratoire REHSEIS / Enseignement des mathématiques en lycée et au CNAM

Me contacter


Cursus

Agrégé de mathématiques DEA d’analyse non linéaire DEA d’épistémologie et d’histoire des sciences


Descriptif de la thèse

L’objet de la thèse est l’évolution des principes de la mécanique entre la fin du XVIIIe et la première moitié du XIXe siècle. Ce travail a pour but de mettre en évidence les facteurs institutionnels (rôle joué par l’enseignement, les académies, les instances politiques…), industriels (problèmes rencontrés par les ingénieurs, notamment dans le développement de la science des machines) et scientifiques (relations qu’entretient la mécanique avec la physique mathématique naissante, développement du calcul différentiel et intégral qui autorise de nouvelles approches des principes de la mécanique…) qui ont influé sur le développement de la mécanique à cette époque.


Thème de recherche

- Les transformations de la mécanique au début du XIXe siècle (approche conceptuelle et étude des relations entre les institutions universitaires et le milieu industriel)


Quelques communications

« L’influence des écoles d’ingénieurs sur le développement de la mécanique au début du XIXe siècle »

Quel est l’état de la mécanique à la fin du XVIIIe siècle ? Deux grandes tendances viennent de prime abord à l’esprit : la mécanique newtonienne et la mécanique lagrangienne. Mais si les noms de Newton et Lagrange émergent du flot des savants qui ont étudié et développé la mécanique, cette science présente-t-elle un visage si lisse au tournant du siècle ?

Une comparaison systématique des ouvrages de mécanique publiés entre 1780 et 1810 permet une classification en trois catégories suivant le but assigné à chacun d’eux par leurs auteurs : les ouvrages encyclopédiques, les traités et les textes de mécanique pratique.

Nous avons focalisé notre attention sur cette troisième catégorie d’ouvrages développés pour satisfaire les besoins d’une nouvelle profession, celle des ingénieurs. Les problèmes rencontrés sont non seulement techniques, car ces ingénieurs doivent faire face à de nouveaux problèmes (construction d’ouvrages d’art, machines hydrauliques…), mais aussi pédagogiques et institutionnels, car il faut former ces nouveaux ingénieurs dans des écoles spécialisées, fierté de la nation.

Que nous apprend la lecture de ces ouvrages sur la formation de ce nouveau corps d’ingénieurs ? Dans quelle mesure les problèmes rencontrés par ces ingénieurs ont-ils modifié la mécanique ?

« Evolution des principes de la mécanique à la fin du XVIIe siècle : problèmes scientifiques, questions philosophiques » Parler de la mécanique au singulier laisse entendre que cette mécanique se serait développée tout uniment à partir des fondements posés par le père de la dynamique : Newton. Or il est évident qu’à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle, les notions empruntées à la mécanique par les savants révèlent des différences considérables dans l’appréhension des notions fondamentales de cette science. Ces différences sont souvent caractéristiques d’écoles et de l’influence de textes majeurs. Parmi ceux-ci, les œuvres de Descartes et Newton ont joué un rôle majeur car ces deux savants ont les premiers tenté de clarifier les concepts et d’organiser les principes de la mécanique.

Nous proposons de voir dans un premier temps les problèmes que soulevaient les notions d’espace et de mouvement au XVIIe siècle, puis de déterminer dans quelle mesure la critique newtonienne du mouvement fut déterminante pour la constitution de la dynamique.


Enseignements

Enseignement des mathématiques en lycée et au CNAM