Partenaires

logo Sphere
CNRS
Logo Université Paris-Diderot Logo Université Paris1-Panthéon-Sorbonne


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Présentation > Présentation de l’Unité

Présentation de l’Unité

UMR 7219 SPHère (Sciences–Philosophie–Histoire)



L’unité SPHère (Sciences, Philosophie, Histoire) est née en 2009 de la réunion de deux unités : le CHSPAM (Centre d’Histoire des Sciences et des Philosophies Arabes et Médiévales, ancienne UMR 7062), créé en 1972, et REHSEIS (Recherches Épistémologiques et Historiques sur les Sciences Exactes et les Institutions Scientifiques, ancienne UMR 7596), créé en 1984. Cette réunion concrétise la proximité et la complémentarité des programmes scientifiques de ces deux unités, dont les travaux portent sur une longue durée allant de l’antiquité à la période contemporaine, dans différents contextes culturels.


1. Sciences, Philosophie, Histoire

Le domaine de recherche de SPHère se situe à la rencontre des sciences, de la philosophie et de l’histoire. Son but le plus général est de contribuer à la compréhension des formes de l’activité rationnelle, dans une acception large de ce qui, au cours des époques et selon les aires culturelles, a pu être conçu comme tel.

Histoire
SPHère mène des recherches en histoire des sciences aussi bien qu’en histoire de la philosophie, sans s’interdire de les articuler parfois à des travaux historiques plus généraux.

Philosophie
SPHère développe également des recherches en histoire de la philosophie, en philosophie des sciences et en philosophie.

Sciences
Aucun effort de mise en contexte ou de reconstruction, aucune réflexion philosophique ne sauraient nous faire négliger la technicité intrinsèque des activités scientifiques. Cela vaut pour les écrits d’hier, mais aussi pour les élaborations scientifiques d’aujourd’hui, avec lesquelles il nous paraît essentiel de rester en prise.

Tout en favorisant les échanges entre histoire des sciences et philosophie des sciences, ainsi qu’entre histoire des sciences et histoire de la philosophie, SPHère tient cependant à respecter leurs contenus disciplinaires et leurs méthodes propres. Nous souhaitons simplement intégrer ces disciplines, souvent cultivées séparément, dans un dispositif interactif prenant en compte les différentes approches : épistémologique, philosophiques, historiques, linguistiques, sociologiques, ou anthropologiques.
L’étude des activités scientifiques, tout comme celle des théories philosophiques du passé, implique une analyse attentive des traces de l’activité rationnelle, et tout particulièrement des sources. Ces sources, philosophiques ou scientifiques, demandent souvent à être établies. C’est de façon très aiguë le cas des sources anciennes et médiévales (sumériennes, akkadiennes, grecques, latines, arabes, hébraïques, chinoises, sanskrites, persanes…). À ce titre, SPHère accorde une importance primordiale à la dimension philologique de l’histoire des sciences et de l’histoire de la philosophie.


2. Constitution des sciences sur la longue durée et à l’échelle mondiale

La science est un phénomène mondial et multiforme. Une certaine idée de la rigueur historique a parfois favorisé des recherches trop localisées dans l’espace et dans le temps ; elle a construit des cloisons artificielles entre différentes cultures et époques. Une de nos ambitions est d’éviter ces cloisons. Nous nous efforçons de concevoir et de développer une histoire générale des sciences, en appréhendant leurs modes variés de production, de réception, d’institutionnalisation et d’exploitation. Nous sommes en particulier convaincus que l’étude des diverses circulations de savoirs depuis l’antiquité et le moyen âge, sur l’ensemble de la planète, éclaire la question de la constitution de la science moderne. La réunion de nos deux unités nous offre la chance de conjuguer les compétences nécessaires à des travaux portant sur une période qui va de l’antiquité jusqu’à nos jours, dans des aires linguistiques diverses.


3. Internationalité de la recherche, intégration, et formation

L’unité comprend, en affectation principale, des enseignants chercheurs de deux départements universitaires (Paris 1 et Paris 7) et, à titre d’associés, un grand nombre d’enseignants chercheurs venant d’autres universités et établissements. Cette intégration dans le monde de l’enseignement est essentielle pour le déploiement de nos activités.
Nous concevons notre recherche comme inscrite dans un cadre international. SPHère entretient des liens avec des chercheurs du monde entier, dont les orientations varient considérablement. Elle a la volonté d’être un lieu international d’échanges dans les domaines qu’elle rassemble. En témoignent son implication dans la création et l’animation de plusieurs sociétés internationales, la direction de revues internationales, les accords de coopération avec des institutions étrangères, ainsi que les publications de ses membres. Les chercheurs de l’Unité enseignent, et ils le font aux niveaux académiques les plus divers. Nous accueillons en stage de nombreux étudiants français comme étrangers, et nous nous efforçons de convaincre nos étudiants de l’importance de l’insertion internationale de la recherche. En favorisant leurs démarches en ce sens, nous leur donnons les moyens d’intégrer la communauté scientifique nationale et internationale.






-->