Partenaires

logo Sphere
CNRS
Logo Université Paris-Diderot Logo Université Paris1-Panthéon-Sorbonne


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Archives > Anciens projets de recherche financés > Les jeux de ficelle : aspects culturels et cognitifs d’une pratique à caractère mathématique > Membres

Membres



LES JEUX DE FICELLE : ASPECTS CULTURELS ET COGNITIFS D’UNE PRATIQUE À CARACTÈRE MATHÉMATIQUE



Membres Institutions
VANDENDRIESSCHE Eric SPHERE
PETIT Céline Groupe « Sociétés, Religions, Laïcités » (UMR 8582, CNRS/EPHE, Paris)
GUEVARA Ana Laboratoire d’Anthropologie Sociale et Ethnologie (LAS), Collège de France, Paris, UMR 7130




- Eric VANDENDRIESSCHE, ethnomathématicien – Porteur du projet
Mathématicien de formation, professeur de mathématiques, il mène des recherches en ethnomathématiques au sein du laboratoire SPHERE. Page personnelle


Fonctions (dans la conduite de la recherche)

Dans un premier temps, Eric Vandendriessche travaillera à mettre au point un système de codage des jeux de ficelle, directement utilisable par un programme informatique, et qui permettra à tous les membres du projet d’enregistrer de nouvelles procédures avec une méthodologie commune, puis de les rentrer facilement dans un répertoire encyclopédique.

Eric Vandendriessche mènera des enquêtes ethnographiques en Papouasie Nouvelle-Guinée (îles Trobriand et autres îles de la province de Milne Bay) et au Vanuatu (Ambrym, Santo, Malekula). Il complètera les premiers corpus qu’il a recueillis ces dernières années (procédures et textes oraux) en élargissant les zones de collecte aux îles voisines. Il mènera des expérimentations cognitives avec des spécialistes de jeux de ficelle et collectera d’autres savoirs impliquant également des procédures algorithmiques (dessins sur le sable au Vanuatu, tressages en Papouasie Nouvelle-Guinée).

Pour exploiter au niveau des propriétés « topologiques » la base de données de jeux de ficelle constituée par l’équipe, Eric Vandendriessche élaborera un programme informatique dont le but sera d’obtenir instantanément le résultat d’une « séquence essentielle » donnée sur un écran vidéo.




- Céline PETIT, ethnologue

Docteur en ethnologie de l’Université Paris Ouest Nanterre et de l’Université Laval, Canada (2009), C. Petit a réalisé une thèse consacrée aux pratiques et aux représentations associées à la notion de jeu chez les Inuit Iglulingmiut de l’Arctique canadien, du XIXe siècle à nos jours.

Elle a suivi une formation en ethnologie et en anthropologie visuelle à l’Université Paris X-Nanterre (maîtrise, DEA, doctorat), au sein du Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (UMR 7186) et à l’Université Laval (doctorat en cotutelle), au sein du Centre Interuniversitaire d’Études et de Recherches Autochtones (précédemment Groupe d’Études Inuit et Circumpolaires), Canada. Elle a également suivi un cursus de « Langue et culture inuit » à l’INALCO (Institut National des Langues et Civilisations Orientales, Paris) et est titulaire du Diplôme supérieur « Langues et cultures de l’Arctique oriental » (2005) et du DULCO Inuktitut (2003).

Elle a mené plusieurs enquêtes ethnographiques chez les Inuit du Nunavik et du Nunavut, principalement dans la région d’Iglulik et à Iqaluit, Kuujjuaq et Tasiujaq, Canada (2000-2011, 26 mois de terrain), et dans des communautés mayas - tzotziles et tzeltales - du Chiapas, Mexique (1997-1998, 8 mois de terrain : réalisation d’un mémoire de maîtrise).

Elle a assumé des charges d’enseignement en ethnologie (vacataire à l’Université Paris X-Nanterre en 2002-2003 et A.T.E.R. à l’Université de Bretagne Occidentale en 2010) et a actuellement le statut de post-doctorante rattachée au Groupe « Sociétés, Religions, Laïcités » (UMR 8582, CNRS/EPHE, Paris).


Fonction (dans la conduite de la recherche)

Dans le cadre de ce projet, Céline Petit bénéficie d’un contrat postdoctoral qui va lui permettre d’approfondir l’analyse de la pratique ludique des jeux de ficelle qu’elle a commencé à étudier selon une approche ethnologique lors de sa recherche doctorale. Une première étape de cette analyse consistera en la transcription modélisée des dizaines de figures de ficelle qu’elle a recueillies (et dont elle a filmé la réalisation) ces dernières années, auprès d’Inuit de différentes générations de la région d’Iglulik, dans l’Arctique oriental canadien. Les textes oraux enregistrés lors de l’exécution de plusieurs de ces jeux de ficelle iglulingmiut sont aussi appelés à faire l’objet d’une étude approfondie et comparée au regard de plusieurs corpus de récits mythiques collectés - à partir du XIXe siècle - dans différentes régions de l’Arctique américain. Cette littérature orale associée à la pratique des jeux de ficelle chez les Inuit Iglulingmiut sera plus largement soumise à une étude ethnolinguistique.

La réalisation d’enquêtes ethnographiques auprès de membres de groupes culturels distincts mais relativement voisins des Iglulingmiut (Arviligjuarmiut, Tununirmiut) constituera une autre étape majeure de l’étude des procédures, des discours, des transformations, des continuités et des ruptures, liés à la pratique des jeux de ficelle chez les Inuit de l’Arctique canadien (du XIXe siècle à nos jours).




- Ana GUEVARA, doctorante en ethnologie
Anthropologue de formation, de double nationalité (Argentine-Chilienne), diplômée de l’Université Austral de Valdivia, Chili, en 2002 avec les félicitations du jury. Assistante de recherche lors de deux projets de Fondecyt-Conicyt (équivalent ANR/ CNRS au Chili) en 2003 et 2009. Diplôme DELA, Institut des Hautes Etudes Latinoamericaines, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle (Paris) en 2004. DEA en Anthropologie Sociale et Ethnologie à l’EHESS-Paris 2006. Boursière Conicyt (équivalent CNRS au Chili) entre 2006 et 2009.
Ses recherches, à caractère monographique, portent sur la mémoire sociale et les transformations du paysage chez les Mapuche, dans une perspective comparative Chili-Argentine. Ana Guevara interroge pour ce faire différents supports tels que les histoires sur la nature et la mythologie, les jeux de ficelle, les tissages, et le rituel du Nguillatún.
Affilié au Laboratoire d’Anthropologie Sociale et Ethnologie (LAS), Collège de France, Paris, UMR 7130.


Fonctions (dans la conduite de la recherche)
Ana Guevara bénéficiera d’un contrat postdoctoral pour mener à bien le projet qui s’inscrit dans la continuité des recherches doctorales. Plusieurs terrains ethnographiques chez les Mapuche (Patagonie) lui permettront d’enregistrer par le biais de divers supports (entretiens, photographies, vidéo) des corpus de jeux de ficelle en élargissant sa zone géographique d’étude à toute la région Nord de la Patagonie. Dans l’aire culturelle Mapuche (Argentine/Chili), l’ethnographie et les données concernant les jeux de ficelle sont rarissimes, seul un article existe sur ce sujet pour les Mapuche du côté argentin et aucun du côté chilien. Il est donc urgent de recueillir des informations à ce sujet. Par ailleurs, Ana Guevara mettra à l’épreuve ses données recueillies en Patagonie et avec celles collectées par les autres membres de l’équipe dans d’autres aires culturelles.






-->