Partenaires

logo Sphere
CNRS
Logo Université Paris-Diderot Logo Université Paris1-Panthéon-Sorbonne


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil > Séminaires en cours > L’intrication psychophysique

Axe Histoire et philosophie des sciences de la nature

L’intrication psychophysique


Organisation : Pierre Uzan (Univ. Paris Diderot, SPHERE)




Comment un état mental peut-il « causer » un mouvement du corps ? Quelle est la nature de la relation entre notre activité mentale et celle de notre cerveau ? En quel sens peut-on dire que notre vie psychique et les maladies physiques que nous développons sont interdépendantes ? Une médecine « corps-esprit » prenant en compte cette interdépendance peut-elle être développée ? Plus généralement, une connexion peut-elle être établie entre nos états mentaux, notre conscience et le monde matériel, et quelle serait la nature de cette connexion ? Ces questions qui relèvent tout autant de la philosophie de l’esprit, de la neurobiologie et de la psychosomatique que de la psychologie des profondeurs ou de la parapsychologie sont quelques-unes de celles qui sont abordées par les intervenants de ce séminaire transdisciplinaire.

Mots-clés : intrication, corrélations psychophysiques, causalité mentale, neurobiologie, psychosomatique.


Archives : 2016-2017, 2017-2018



PROGRAMME 2018-2019 : les jeudis, 16:00 – 18:00, université Paris Diderot*, dans les locaux du laboratoire SPHERE, Histoire et Philosophie des Sciences (UMR 7219).


06/12/2018, 14/02/2019, 11/04/2019, 18/04/2019, 09/05, 23/05, 13/06


6 décembre, 16:00 – 18:00, salle Valentin, 454A

  • Jean-Pierre Rospars (INRA Versailles)
    Neuropsychologie de la conscience : l’exemple de la vision aveugle.
    Que se passe-t-il dans notre cerveau pour que nous puissions dire « Je vois » ? La neuropsychologie a fait de grands progrès dans l’élucidation de cette énigme. Une étape notable de ces progrès a été la découverte d’un phénomène inattendu, la « vision aveugle ». On savait depuis longtemps que des patients souffrant de lésions du cortex visuel primaire avaient perdu leur conscience visuelle, qu’ils étaient aveugles. La surprise est venue en 1973 quand on s’est aperçu que ces patients étaient capables de détecter et de discriminer avec grand succès des stimuli dont ils n’étaient pas conscients.
    Après avoir présenté les expériences qui ont démontré et précisé ce phénomène, je donnerai d’autres exemples de discriminations sans conscience. J’indiquerai également comment on a pu mettre en évidence une vision aveugle chez le singe, ce qui fournit des indices précis en faveur de l’existence chez l’animal d’une conscience semblable à celle de l’homme. Enfin, je donnerai des indications sur les bases cérébrales de la conscience visuelle et terminerai par quelques remarques plus générales sur le statut de la conscience dans les sciences cognitives.


14 février, 16 :00 – 18:00, salle Valentin, 454A

  • Peter Bancel (Institut Métapsychique International ; Institute of Noetic Sciences, Californie)
    Global Consciousness Project : Effet d’une conscience globale ou effet expérimentateur ?
    Le « Projet de la conscience globale » est une expérience de longue durée consistant à mesurer en continu l’effet d’une hypothétique conscience globale sur un réseau de générateurs de nombres aléatoires répartis à travers le monde. Elle a montré de façon très significative des anomalies dans la génération des nombres aléatoires à des moments d’émotions collectives et massives dans le monde – par exemple, la célébration du nouvel an ou la réaction au Tsunami d’Asie du Sud-est de 2004. Nous questionnerons l’interprétation à donner à ces résultats : s’agit-il de l’effet d’une conscience globale ou d’un effet expérimentateur individuel ?


11 avril, !!! 17 :00 – 19:00 !!! , salle Valentin, 454A

  • Camille Riquier (Institut Catholique de Paris)
    La question de l’union de l’âme et du corps dans la tradition réflexive française


18 avril, 16 :00 – 18:00, salle Valentin, 454A

  • Jean-François Lambert (Université Paris 8, IPC)
    A propos des miracles : expliquer ou comprendre
    Ce que la science ne peut dire, elle ne doit pas l’exclure. Selon K. Popper « Il serait ridicule d’interdire de parler de quelque chose parce que ça ne fait pas partie de la science ( ) En vérité, nous pouvons dire beaucoup de chose qui ne relèvent pas de la science, et il faut que nous le puissions, seulement il ne faut pas que nous les fassions passer pour scientifiques ( ) Ceux qui ne s’y intéressent pas n’ont qu’à s’écarter, un point c’est tout. Il n’est pas besoin de prononcer des interdictions » (K. Lorenz et K. Popper, L’avenir est ouvert, p. 85). Pour Wittgenstein, au contraire « Ce dont on ne peut parler, il faut le taire » (Tractatus, 8). Alors, est-il bien utile de parler ici des miracles ?
    Nous essayerons d’abord de présenter une typologie de ce qu’il est convenu d’appeler « miracle » puis de faire la part des mécanismes physiologiques, psychologiques et psychosociaux susceptibles d’expliquer certains aspects des phénomènes considérés comme miraculeux. Mais, indépendamment de toute considération théologique (qu’il n’est cependant pas interdit d’évoquer), on ne peut que constater que « quelque chose » nous échappe qui résiste à l’explication causale. N’y a-t-il pas, selon Gödel (1931) des vérités (métamathématiques) non démontrables ? Peut-être alors, faut-il reconnaître qu’il y a plus à comprendre que nous ne pouvons expliquer.


9 mai, 16 :00 – 18:00, salle Valentin, 454A

  • Roger Fiammetti (formateur ostéopathe somato-émotionnel)
    Le langage émotionnel du corps ou comment votre corps vous parle


23 mai, 16 :00 – 18:00, salle Valentin, 454A

  • Arnaud Plagnol (Université Paris 8)
    Monde subjectif et Soin


13 juin, 17 :00 – 19:00, salle Valentin, 454A

  • Léa Lachaux (Université Paris 8)
    titre exact à venir, séance sur la pleine conscience



Calculer votre itinéraire avec le site de la RATP


Metro : lignes 14 and RER C, arrêt : Bibliothèque François Mitterrand ou ligne 6, arrêt : Quai de la gare. Bus : 62 and 89 (arrêt : Bibliothèque rue Mann), 325 (arrêt : Watt), 64 (arrêt : Tolbiac-Bibliothèque François Mitterrand)