Partenaires

logo Sphere
CNRS
Logo Université Paris-Diderot Logo Université Paris1-Panthéon-Sorbonne


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Archives > Séminaires des années précédentes > Séminaires 2012–2013 : archives > Modèles de transmission physique dans la tradition péripatéticienne 2012–2013

Axe Histoire et philosophie des sciences de la nature

Modèles de transmission physique dans la tradition péripatéticienne 2012–2013

JPEG


Organisé par A. Hasnaoui, V. Cordonier, (SPHERE)




PRESENTATION


Le monde aristotélicien est peuplé de corps en mouvement, mais aussi d’affections, puissances ou « passions », expliquant leurs propriétés structurelles et fonctionnelles, et leurs comportements les uns envers les autres. Cependant Aristote n’a vraiment précisé ni le statut ontologique de ces affections, ni, surtout, les modalités de leur transmission au sein des corps ou bien des uns aux autres. C’est chez les commentateurs qu’ont été formulées de telles questions qui, à partir d’Alexandre d’Aphrodise, se sont posées d’une façon particulièrement aiguë à propos de processus qui semblaient déroger au principe aristotélicien faisant du contact physique la condition nécessaire à l’action d’un corps sur un autre : c’est le cas des phénomènes « électromagnétiques », mais aussi de processus plus courants dans le monde sublunaire (comme la transmission des qualités visuelles de l’objet jusqu’à l’œil) ou céleste (comme la transmission de la chaleur du Soleil vers la Terre). De tels cas d’action médiatisée ont poussé les commentateurs à préciser des notions qu’Aristote avait laissées dans le flou, à développer des explications qu’il n’avait pas données et des modèles qu’il n’avait jamais envisagés.

Écrire l’histoire de ces développements suppose d’avoir isolé les lieux où se discute une question qui, sans faire l’objet de traités spécifiques ni se confiner à quelques passages de l’œuvre d’Aristote, traverse des domaines divers, de la physiologie à la cosmologie, à propos desquels les aristotéliciens empruntent à d’autres traditionsou dialoguent avec elles. Aussi la constitution du corpus de référence est-elle décisive pour préciser les contours du problème même. C’est dans cette optique d’abord qu’on se propose de discuter les textes choisis et leur choix lui-même, en vue d’inventorier les lieux et les moments où s’est posé le problème en question, d’analyser les formes qu’il a prises, et de repérer les lignes des développements qu’il a suscités. Si les deux premières séances portent sur les commentateurs grecs, les suivantes prendront en considération aussi les traditions arabe, hébraïque et latine, en vue de publier, à terme, une monographie équilibrée sur l’histoire de ce problème.


Archives : 2013-2014




PROGRAMME 2012-2013 : les séances ont lieu le jeudi, 14:00–17:00, en salle Malevitch (483A).
Université Paris Diderot, bâtiment Condorcet, 10 rue Elsa Morante, 75013 Paris –plan. Metro : ligne 14, RER C, arrêt : Bibliothèque Nationale. Bus : 62 89 325 64 / Avenue de France.




22 novembre 2012
Valérie Cordonier (SPHERE)
Modèles de transmission physique dans la tradition péripatéticienne : cartographie d’un débat


28 février 2013
Valérie Cordonier (SPHERE)
La transmission des propriétés visibles : Alexandre d’Aphrodise critique de Galien

PDF - 115.1 ko
Bibliographie










25 avril
 :: Attraction à distance : questions autour du magnétisme au Moyen Age


Nicolas Weill-Parot (CRHEC, UPEC)
Aux limites de la contiguïté : le magnétisme dans la physique médiévale


Sabine Rommevaux (SPHERE)
Attraction à distance : questions autour du magnétisme au Moyen Age




Dans la même rubrique :