Partenaires

logo Sphere
CNRS
Logo Université Paris-Diderot Logo Université Paris1-Panthéon-Sorbonne


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Publications > Ouvrages parus > La naissance des biotechnologies pharmaceutiques en France (1887-1914). Le sérum antidiphtérique de l’Institut Pasteur.

La naissance des biotechnologies pharmaceutiques en France (1887-1914). Le sérum antidiphtérique de l’Institut Pasteur.







Gabriel Gachelin Gachelin, Yves Bottineau-Fuchs, Annick Opinel, Philippe Rivoirard et Patrice Bourdelais



En 1894, la diphtérie est la première maladie infectieuse grave à être fréquemment vaincue, grâce à un médicament d’un type nouveau, le sérum antidiphtérique, entièrement conçu en laboratoire et non à l’hôpital. Il devient l’emblème de la médecine scientifique moderne. Le présent ouvrage retrace dans un premier temps l’histoire de la maladie et celle des différentes méthodes utilisées pour pallier ses effets, l’asphyxie due au croup en particulier. La mise au point du sérum antidiphtérique est ici replacée dans le contexte des relations scientifiques franco-allemandes, moins hostiles qu’on ne l’aurait supposé, voire amicales.


L’ouvrage examine ensuite les conditions qui permettent à l’Institut Pasteur de transformer les résultats positifs d’un essai clinique en la construction d’un monopole de fait sur la production de sérum et le contrôle de sa qualité. L’ensemble pose les bases d’un établissement industriel de plus en plus performant et le succès financier qui accompagne la production permet la construction de l’hôpital de l’Institut Pasteur et celle de laboratoires de chimie, puis, au début du XXe siècle, la structuration d’un campus intégré dans lequel les produits pharmaceutiques fabriqués dans les laboratoires peuvent être testés à l’hôpital. Cette réussite qui a servi de modèle dans plusieurs pays a fondé la place originale de l’Institut Pasteur dans la santé publique en France.


 :: P.U.F.
 :: Septembre 2013
 :: 978-2-13-062475-2


SOMMAIRE


Introduction
1. La défaite de la diphtérie
  • Du signe clinique aux traitements symptomatiques
  • La diphtérie, la microbiologie et l’hygiéniste
  • L’irruption de la sérothérapie
  • Répondre à l’urgence de la demande médicale

2. L’expansion industrielle de l’Institut Pasteur

  • Un instrument de mesure original : le cobaye
  • Pourquoi les chevaux et les cobayes doivent-ils cohabiter ?
  • L’ergonomie poussée des installations de Garches
  • La modernisation tardive des installations techniques
  • La guerre contraint à une véritable industrialisation du site

3. Changements de paradigmes et de pratiques a l’Institut Pasteur

  • Un tout premier exemple d’une science en réseau
  • L’abandon de l’atténuation physiologique de la virulence
  • Les deux paradigmes de la défense contre l’infection

4. Un changement d’état de la médecine

  • La sérothérapie, modèle d’une nouvelle pratique médicale
  • Le surgissement d’un nouveau champ épistémique
  • Le sérum : un médicament d’un type entièrement nouveau
  • L’introduction de normes de qualité
  • Le premier véritable essai clinique d’un médicament

5. L’Institut Pasteur acteur majeur de la sante publique en France

  • La construction du droit de regard pasteurien sur la santé publique en France
  • Une politique de communication efficace
  • Un contrôle de qualité défini par le producteur lui-même
  • La marginalisation de la production de sérum en dehors de l’Institut Pasteur

6. L’Institut Pasteur « modèle français » de la lutte contre les maladies infectieuses

  • L’enseignement pasteurien, porte parole du savoir faire français
  • Un modèle transposable : l’exportation au Brésil de la production de sérum
  • Une autre exemplarité pasteurienne : l’hôpital idéal de l’Institut Pasteur

7. Le succès du projet d’entreprise du Dr. Roux

Annexe : historique du domaine de Villeneuve