Partenaires

logo Sphere
CNRS
Logo Université Paris-Diderot Logo Université Paris1-Panthéon-Sorbonne


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil > Séminaires en cours > Approches épistémologiques des Sciences de la Vie

Axe Histoire et philosophie des sciences de la nature

Approches épistémologiques des Sciences de la Vie



L’objectif de ce séminaire est de mener une réflexion sur les orientations méthodologiques des historien.e.s et des philosophes des sciences de la vie. Une attention particulière est portée à la manière dont le champ s’articule à d’autres disciplines (biologie, sociologie, ethnographie, informatique, métaphysique etc.).
Ainsi, nous proposons à des chercheurs et chercheuses de venir présenter leurs travaux en cours en leur demandant explicitement, par-delà leur objet, de nous exposer (1) leur méthode pour appréhender cet objet et (2) la manière dont cette méthode fait dialoguer histoire et philosophie des sciences de la nature avec d’autres disciplines.


Responsables : Caroline Angleraux (Université de Paris, Labex Who am I ? / IHPST), Jean-Baptiste Grodwohl (Université de Paris, HPS, SPHere), Marie Lacomme (Université de Paris, SPHere)



Programme 2021-2022

Les séances auront lieu un mercredi par mois, de 17h à 18h30, en salle Malevitch, 483A, Université de Paris, 4, rue Elsa Morante, 75013 Paris

13 octobre Solène Lellinger (Université de Paris, SPHere)
10 novembre Daniel Nicholson (George Mason University)
1er décembre Charles Wolfe (Université Toulouse Jean-Jaurès)
15 décembre Gregory Radick (University of Leeds)
26 janvier Jutta Schickore (Indiana University Bloomington)
23 février Lucie Laplane (IHPST, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et UMR1170)
23 mars Claire Grino (Université de Genève)
13 avril Hauke Riesch (Brunel University London)
11 mai Marion Thomas (SAGE)
15 juin (13h30 - 15h) Eric Bapteste (AIRE, Institut de Systématique, Évolution, Biodiversité)
  • 13 octobre, 17h–18h30, salle Malevtich, 483A
    Solène Lellinger (Université de Paris, SPHere)
    Techniques de diagnostic, confusion étiologique et reconnaissance tardive des effets indésirables du benfluorex (Mediator).
    Cette séance propose de revenir sur les conditions de non-reconnaissances des effets indésirables graves imputables au benfluorex (Mediator) : les valvulopathies médicamenteuses.
    Au-delà d’étudier la trajectoire d’un agent thérapeutique, cette analyse socio-historique, reposant principalement sur une étude des publications scientifiques et manuels de cardiologie (1970-2012) et une enquête auprès de cardiologues, interroge les moyens d’exercer le regard de professionnels de santé – les cardiologues – au travers d’un dispositif technique – l’échocardiographie. Il s’agira de questionner la légitimité du regard perçu comme ‘expert’ et les possibilités de remise en cause d’un savoir établi au sein de ce groupe professionnel ainsi que les conséquences de ces difficultés de repérage pour les usagers du médicament et la reconnaissance de leurs dommages éventuels.


  • 10 novembre
    Daniel Nicholson (George Mason University)
    What is Life ? Revisited
    Erwin Schrödinger’s What is Life ? is one of the most celebrated scientific works of the twentieth century. However, like most classics, it is far more often cited than read. Efforts to seriously engage with Schrödinger’s arguments are rare. In this seminar I will explore how well his ideas have stood the test of time. I will argue that Schrödinger’s emphasis on the rigidity and specificity of the hereditary material (which stemmed from his attempt to explain biological order from physical principles) profoundly influenced how molecular biologists conceptualized macromolecules, resulting in a deterministic, engineering view of the cell that is still popular today—even if it is increasingly at odds with empirical findings. Drawing on unpublished archival sources, I will also uncover Schrödinger’s motivations in writing What is Life ? and suggest that his biological proposals are best understood in the context of his longstanding disputes with other physicists regarding the proper interpretation and extension of quantum mechanics.


  • 1er décembre
    Charles Wolfe (Université Toulouse Jean-Jaurès)
    Vitalisme et constitution de la biologie
    Le vitalisme est typiquement présenté comme la croyance - scientifique, métaphysique, poétique et autre - en l’unicité de la Vie, présentée comme une « substance », une « force » ou un « principe ». En tant que telle, c’est une théorie fréquemment critiquée, souvent sous des formes caricaturales, lorsqu’un modèle d’organisme, de développement embryonnaire ou des formes de causalité non mécanique sont qualifiés de « vitalistes » – une étiquette appliquée à diverses théories qui ont peu en commun les unes avec les autres, avec des bases empiriques et/ou des engagements métaphysiques entièrement différents. En fait, l’importance historique et conceptuelle de la catégorie du vitalisme pour la pensée biologique réside dans son défi perpétuel, soit au « réductionnisme » (bien qu’il s’agisse d’une catégorie vague sans démarcation historique stricte), soit aux prétentions d’une biologie réductionniste. Comme l’a suggéré Georges Canguilhem, le vitalisme est moins une revendication empirique spécifique (facilement réfutée ou réfutable) qu’une sorte de projet heuristique (ou de défi, dans un autre vocabulaire) concernant la nature des entités vivantes.


  • 15 décembre
    Gregory Radick (University of Leeds)
    From Cleopatra’s Nose to Darwin’s Nose : J. B. Bury on History, Science and Contingency
    Résumé à venir







INFORMATIONS PRATIQUES
* Bâtiment Condorcet, Université de Paris, campus Diderot, 4, rue Elsa Morante, 75013 - Paris ;
accès.
Calculer votre itinéraire avec la RATP

Metro : lines 14 and RER C, stop : Bibliothèque François Mitterrand or line 6, stop : Quai de la gare. Bus : 62, 89 (stop : Bibliothèque rue Mann), 325 (stop : Watt), 64 (stop : Tolbiac-Bibliothèque François Mitterrand)

Haut de page