Partenaires

logo Sphere
CNRS
Logo Université Paris-Diderot Logo Université Paris1-Panthéon-Sorbonne


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Publications > Ouvrages parus > Réalisme et théories physiques

Réalisme et théories physiques



Sous la direction d’Ivahn Smadja


Le réalisme est-il mort ? Il y a plus de vingt ans, le philosophe des sciences Arthur Fine partait du constat abrupt de ce qui lui apparaissait comme une déroute du réalisme scientifique et engageait à dépasser les affrontements doctrinaux opposant réalistes et antiréalistes. Il prônait à l’égard de la science une voie médiane débarrassée des présupposés généraux et des interprétations globales  : une « attitude ontologique naturelle », plus ouverte et plus souple, consistant à accepter humblement les résultats de la science comme « vrais » au même titre que les vérités plus ordinaires.

Dans ce contexte, les lignes se sont déplacées et la question même du réalisme s’est transformée. À un réalisme doctrinal, unitaire et hégémonique se substitue désormais un questionnement ouvert visant à cerner les différents aspects d’un réalisme problématique et fragmenté, porté par les théories physiques elles-mêmes.

Faisant suite à un colloque international organisé à l’Université de Caen en 2005, qui réunissait historiens, philosophes des sciences et physiciens théoriciens réfléchissant sur l’état de leur art, les contributions rassemblées dans ce volume cherchent à éclairer ces formes renouvelées de réalisme et à interroger dans une perspective neuve certaines des thèses centrales autour desquelles s’est structuré le débat théorique entre réalisme et antiréalisme.

Contributions de : Rom Harré, Michel Bitbol, Philippe Nabonnand, Scott Walter, Jean-Jacques Szczeciniarz, Alain Michel, Ivahn Smadja, Marc Lachièze-Rey et Roland Omnès. Sous la direction d’Ivahn Smadja.


 :: Presses Universitaires de Caen  :: 2008