Partenaires

logo Sphere
CNRS
Logo Université Paris-Diderot Logo Université Paris1-Panthéon-Sorbonne


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil > Séminaires en cours > Mathématiques 19e-20e, histoire et philosophie

Axe Histoire et philosophie des mathématiques

Mathématiques 19e-20e, histoire et philosophie



Le séminaire d’histoire et de philosophie des mathématiques modernes est un lieu de présentation et de discussion de textes mathématiques produits aux 19e et 20e siècles, dans des perspectives aussi bien historiques que philosophiques. Il entend servir de lieu d’exploration (lecture, traduction, explication) de documents mathématiques peu ou mal connus, mais également de présentation de travaux en cours sur ces périodes. L’accent est mis sur la proximité avec les sources textuelles. Les séances prennent, le plus souvent, la forme d’une discussion desdites sources (auxquelles les orateurs donnent accès au préalable), précédée d’un exposé historique ou mathématique.

Coordination : Frederic Jaeck, Nicolas Michel

Archives
2011-2012, 2012-2013, 2013-2014,
2014-2015, 2015-2016, 2017-2018,
2018-2019, 2019-2020

CALENDRIER 2020-2021

Dès que cela nous sera possible, les dates des séances seront affichées sur cette page et seront annoncées via nos mailing listes






PROGRAMME 2019-2020


Les séances ont lieu à l’Université Paris Diderot, Bâtiment Condorcet
4, rue Elsa Morante, 75013 Paris – Plan du campus PRG
Toutes les séances de séminaires et les journées d’étude SPHERE sont suspendues à partir du 15 mars en raison de la situation sanitaire due au Covid-19. Dès que cela sera possible, nous vous tiendrons informés des éventuels reports sur l’année 2020-21. Prenez bien soin de vous, de tous, et à bientôt.

Jeudi 21/11/2019, 9:30 – 13:00, 371A
  • Gisele Secco (Universidade Federal de Santa Maria)
    The Four-Colour Theorem : old and new philosophical problems
  • François Lê (Université Lyon 1)
    Sur le(s) genre(s) de Riemann et de Clebsch (1857-1882)
    Le genre est une notion mathématique fondamentale aujourd’hui bien connue, qui permet de classifier les courbes algébriques ou les surfaces topologiques à certaines transformations près. Il est par ailleurs commun, dans l’historiographie, d’attribuer à Bernhard Riemann le mérite d’avoir mis en évidence cette notion dans ses articles de 1851 et 1857 introduisant les célèbres "surfaces de Riemann", et de créditer Alfred Clebsch du nom "genre" lui-même ("Geschlecht"), en allemand original). Un des objectifs de l’exposé est de montrer que l’introduction de ce nom n’est pas un simple détail historique, car il reflète les prédilections de Clebsch en géométrie projective et incarne une véritable réappropriation de la notion de Riemann. Je montrerai aussi que pendant les années 1860 et 1870, les mathématiciens faisaient une différence nette entre les notions de Clebsch et de Riemann, et réservaient l’appellation "genre" à celle de Clebsch ; ce n’est que vers 1880 que Felix Klein (suivi ensuite par d’autres) commença à amalgamer les deux notions sous le même nom. J’ouvrirai enfin quelques pistes de réflexion sur les problèmes historiques et historiographiques que pose la traduction du mot "Geschlecht" (qui est justement une entrée dans le Dictionnaire des intraduisibles dirigé par Barbara Cassin), notamment en français et en anglais.


Mercredi 4/12, 9:30 – 13:00, 371A

  • Raphaël Alexandre (Institut Mathématique de Jussieu)
    Approches de la géométrie contemporaine : Elie Cartan, William Thurston
  • Planning du projet de traduction du Bericht de Brill-Noether


Mardi 14/01/2020, séance annulée et partiellement reportée en mars

  • Elena Rinaldi (Università di Modena)
    Sur la notion de faisceau chez Leray et Cartan
  • Nicolas Michel (Univ. de Paris –ED 623, SPHERE)
    Suite du projet Brill-Noether


Lundi 03/02, séance annulée et reportée en mars



Mardi 03/03, 13:30 – 17:00, 371A

  • Cédric Vergnerie (Univ. de Paris –ED 623, SPHERE)
    Sur une controverse entre Kronecker et Picard
    Dans deux articles publiés en 1869 et 1878, Leopold Kronecker construit une théorie qui prend sa source dans le travail de Sturm sur la détermination du nombre de solutions réelles d’une équation. La présentation de cette théorie des caractéristiques par Émile Picard va donner lieu à une controverse entre les deux mathématiciens sur la paternité d’une formule donnant le nombre de solutions de certains systèmes de plusieurs équations. Après avoir donné un aperçu de la théorie des caractéristiques, nous montrerons comment, à travers cette dispute, c’est en fait la façon dont ces deux mathématiciens appréhendent les mathématiques qui est en jeu.
  • Nicolas Michel (Univ. de Paris –ED 623, SPHERE)
    Le principe de correspondance dans le projet Brill-Noether


Mardi 12/05, 9:30 – 13:00, 734A

  • Christopher Hollings (University of Oxford)
    Meeting under the integral sign ? The Oslo Congress of Mathematicians on the eve of the Second World War
    Oral communication, and congresses in particular, remain a crucial element within mathematical communication – even in the current age of electronic mail. Indeed, congresses and meetings serve many more purposes than simply communicating information about recent mathematical research, and this has always been the case, with each particular historical period setting different priorities. The present talk is drawn from a book, recently completed with Reinhard Siegmund-Schultze, which focuses upon and stresses the historically unique character of the Oslo International Congress of Mathematicians of 1936. This congress was the only one on this level to be held during the period of the Nazi regime in Germany (1933–1945) and after the wave of emigrations from it. In this talk, I will survey the differences between the goals of the various participants in the congress, most particularly the Norwegian organisers, and the Nazi-led German delegation. I will consider also the background to the absence of the proposed Soviet and Italian delegations. If time permits, I will also go into the mathematical dimension of the Oslo congress, this being the conference at which the Fields Medals were awarded for the first time. Overall, the Oslo congress may be used as a lens through which to view the state of the art of mathematics in the mid-1930s.



Les détails des séances ci-dessous seront affichés sur cette page :
mardi 21/04/2020, 13:30 – 17:00, 371A
mercredi 10/06/2020, 9:30 – 13:00, 371A