Partenaires

logo Sphere
CNRS
Logo Université Paris-Diderot Logo Université Paris1-Panthéon-Sorbonne


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil > Séminaires en cours > Mathématiques 19e-21e, histoire et philosophie

Axe Histoire et philosophie des mathématiques

Mathématiques 19e-21e, histoire et philosophie



Le séminaire d’histoire et de philosophie des mathématiques modernes est un lieu de présentation et de discussion de textes mathématiques produits aux 19e, 20e et 21e siècles, dans des perspectives aussi bien historiques que philosophiques. Il entend servir de lieu d’exploration (lecture, traduction, explication) de documents mathématiques peu ou mal connus, mais également de présentation de travaux en cours sur ces périodes. L’accent est mis sur la proximité avec les sources textuelles. Les séances prennent, le plus souvent, la forme d’une discussion desdites sources (auxquelles les orateurs donnent accès au préalable), précédée d’un exposé historique ou mathématique.

Organisation : Frederic Jaeck (ENS), Nicolas Michel (Université d’Utrecht, Dpt de Mathématiques, & SPHere)

Archives
2011-2012, 2012-2013, 2013-2014,
2014-2015, 2015-2016, 2017-2018,
2018-2019, 2019-2020, 2020-2021

PROGRAMME 2021-2022


Nous nous réunirons en visioconférence au moins au début, une fois par mois le lundi, sauf mardi 14 juin.
Les langues de travail seront le français et l’anglais. Le programme sera annoncé progressivement au cours du semestre.
25/10/2021, 15–17h 15/11, 17–19h 13/12, 15–17h 24/01/2022, 14–16h 21/02, 14–16h 14/03, 14–16h 04/04, 14–16h 23/05, 14–16h 14/06, 14–16h
Pour participer, le lien Zoom et éventuellement le document support sont disponibles en écrivant à l’avance aux organisateurs : N. Michel ou F. Jaëck

Lundi 25/10/2021, 15:00 – 17:00, visioconférence
  • Sara Confalonieri (HPS, Université de Paris, SPHere)
    La méthode de Fourier pour dénombrer et séparer les racines réelles : "Et je l’ai résolue par une méthode exacte et générale"
    Le théorème de Sturm (1829) sur le dénombrement des racines réelles d’un polynôme réel eut une grande résonnance. L’exposé examine la méthode de Fourier (1787-1831) qui est la source d’inspiration explicitement déclarée par Sturm, d’un côté en visant à une remise en contexte à plusieurs niveaux (interactions avec la règle des signes de Descartes ainsi qu’avec le plus ample contexte des discussions sur les nombres complexes), et de l’autre côté en formulant des hypothèses sur sa réception manquée.


Lundi 15 novembre 2021, 17:00 – 19:00, salle Mondrian, 646A, et visioconférence

  • Norbert Schappacher (Université de Strasbourg)
    A “Revolution” in Mathematical Practice ? Reflections on the Introduction of Cohomological Methods


Lundi 13 décembre 2021, 15:00 – 17:00, salle Mondrian, 646A, et visioconférence

  • Sébastien Gandon (Université Clermont-Auvergne)


Lundi 24 janvier 2022, 14:00 – 16:00, salle Mondrian, 646A, et visioconférence

  • Tom Hedley (Trinity College Dublin)
    Killing the Pope : Hausdorff, Nietzsche and the Modern(ist) Language of Mathematics
    A few months before his inaugural lecture on the problem of space at the Universität Leipzig in 1903, Felix Hausdorff released one of his last (and most extensive) essayistic works under his pseudonym, Paul Mongré, entitled “Sprachkritik” (Critique of Language). The role and influence of Nietzsche and the Eternal Return in Hausdorff/Mongré’s earlier philosophical works and his turn to Cantor’s set theory has in recent years received due scholarly attention, but by 1903, Mongré seemed to distance himself from Nietzsche’s latter-day fanaticism. On the face of it, the subject of Mongré’s Sprachkritik is the Vienna-based language theorist Fritz Mauthner, whose own critique of language is paralysed by the central paradox that one has to use language itself to critique it — a predicament Mauthner compares to the Pope accidentally killing himself when he tries to eradicate his bedbugs. In his essay, Mongré rises above Mauthner’s pessimistic stance and turns to mathematics as the language that can outwit this paradox. His turn, however, can only be explained by his lingering indebtedness to Nietzsche, this time his fiery (and surprisingly brief) language criticism in “Über Wahrheit und Lüge im außermoralischen Sinne”. In this talk, I will explore how Nietzsche too, his bloodlust unsatisfied by famously killing God in the 1880s, had to insist on the death of the Pope in order to unshackle artistic creativity in language, and I will ask how Mongré was able to draw on this twist to arrive at mathematics as free, creative thought par excellence.


Lundi 21 février, 14:00 – 16:00, salle Mondrian, 646A, et visioconférence



Lundi 14 mars, 14:00 – 16:00, salle Mondrian, 646A, et visioconférence



Lundi 4 avril 2022, 14:00 – 16:00, salle Mondrian, 646A, et visioconférence



Lundi 23 mai 2022, 14:00 – 16:00, salle Mondrian, 646A, et visioconférence



Mardi 14 juin 2022, 14:00 – 16:00, salle Mondrian, 646A, et visioconférence