Partenaires

logo Sphere
CNRS
Logo Université Paris-Diderot Logo Université Paris1-Panthéon-Sorbonne


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Séminaires en cours > Pratiques, artefacts et mathématiques : ethnomathématique, anthropologie, histoire

Axe Interdisciplinarité en Histoire et Philosophie des Sciences

Pratiques, artefacts et mathématiques : ethnomathématique, anthropologie, histoire


Séminaire organisé par Marc Chemillier (EHESS), Giovanna C. Cifoletti (EHESS), Sophie Desrosiers (EHESS) et Éric Vandendriessche (SPHERE, CNRS)



PRESENTATION

Il existe nombre d’activités à caractère « arithmétique », « géométrique », ou encore « algorithmique » (tissage, divination, navigation, jeux, musique, etc.), pratiquées dans le passé ou de nos jours dans diverses sociétés, pour lesquelles on peut se demander si elles relèvent des mathématiques, même si elles ne sont pas reconnues comme telles tout à la fois par celles et ceux qui les pratiquent et par le monde académique. D’autre part, l’histoire des mathématiques a pendant longtemps été fortement disciplinaire, les mathématiques étant représentées comme un système de connaissances formulées en termes contemporains. Depuis quelques décennies on essaie plutôt de reconstituer une définition des mathématiques propre aux pratiques d’un contexte donné. Les points de départ sont alors des « artefacts mathématiques » (tablettes d’argile, livres manuscrits ou imprimés, tables, instruments mathématiques) ou traces d’activités mathématiques en tant qu’« art de penser », dans leurs nombreux usages.

Le séminaire proposera cette année, d’une part, d’interroger ces diverses pratiques (mathématiques ou à caractère mathématique) au regard de l’histoire et de la philosophie des mathématiques, et, d’autre part, de croiser ces perspectives avec celle que l’anthropologie propose concernant certaines de ces activités.

Le séminaire insistera sur le rôle des pratiques et des artefacts comme mémoires, voire comme systèmes de représentation matérielle d’idées mathématiques, tout autant que d’autres savoirs dont il s’agira de comprendre comment ils s’articulent avec elles. En quoi ces pratiques et ces artefacts - textiles, figures de ficelle, vanneries, entrelacs, dessins sur le sable, matrices de graines, et beaucoup d’autres - pourraient-ils être interrogés comme des technologies de la pensée sous un angle comparable à celui introduit par Jack Goody dans son analyse de l’écriture ?

Ce séminaire est organisé en partenariat EHESS/SPHERE



PROGRAMME 2017-2018
les mercredis de 15h à 17h, à l’EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris, salle 13 ou 7.


10 janvier, 24 janvier, 7 février, 7 mars, 21 mars, 4 avril, 2 mai, 16 mai, 30 mai, 6 juin, 13 juin



10 janvier 2018, salle 13
Séance d’introduction : présentation du séminaire



24 janvier, salle 7

  • Jean-Paul Delahaye (Univ. de Lille 1, CRISTAL)
    Les mathématiques de l’origami.
    La géométrie du pliage est une science aussi riche et intéressante que la géométrie des constructions à la règle et au compas avec laquelle d’ailleurs elle entretient d’intéressants rapports. Il est remarquable qu’elle la dépasse puisque, par pliages, il est possible d’obtenir la racine cubique de 2 qui est hors de la portée de la règle et du compas. Bien d’autres résultats ont été récemment établis sur ces jolies et réjouissantes questions, qui sont de mieux en mieux comprises.


7 février, !! 13:00 – 15:00, salle 7 et 15:00 – 17:00, salle 13 !!

  • Eric Vandendriessche et Céline Petit (SPHERE)
    Initiation aux « jeux de ficelle » : aperçu de la dimension algorithmique de cette pratique. [Atelier]
    La réalisation de figures de ficelle ("string figure-making", "string games") constitue une activité qui a pu être observée depuis plusieurs siècles dans diverses aires culturelles, et en particulier dans des sociétés dites de tradition orale. Evoquée souvent dans les termes d’un « jeu de ficelle », cette activité consiste à appliquer à une boucle de fil une succession d’opérations effectuées avec les doigts (mais aussi parfois avec les dents, les poignets ou les pieds), de manière à obtenir une figure ou un motif. Dans cet atelier, Céline Petit et Éric Vandendriessche proposeront une initiation à cette pratique, afin d’en faire expérimenter les aspects algorithmiques, et de mieux rendre perceptibles les concepts mathématiques (opération, altération, transformation, itération, etc.) impliqués dans la création de ces artefacts.


7 mars, 13:00 – 15:00, salle 13

  • Eric Vandendriessche et Céline Petit (SPHERE)
    Les jeux de ficelle : aspects anthropologiques et mathématiques (ANR ETKnoS).


21 mars, 13:00 – 15:00, salle 13

  • Sophie Desrosiers (EHESS)
    Des nombres pour tisser. Un cahier de tissage du XVIIe siècle de la région de Lucques, Italie. (Atelier)


4 avril, 13:00 – 15:00, salle 13

  • Sophie Desrosiers (EHESS)
    Textile des Andes et M. C. Escher : pavages et symétries.


2 mai, 13:00 – 15:00, salle 13

  • Bertrand Paoloni (doctorant, EHESS)
    Un artefact moderne pour la mesure du temps : l’horloge à pendule cycloïdal .
    A travers cette intervention nous souhaiterions proposer une étude de l’invention, par Christian Huygens, de l’horloge à pendule cycloïdal. Il existe déjà bien des travaux sur les découvertes mathématiques et physiques du savant hollandais (Mahonney, Yoder, Chareix), notre intention est d’intégrer ses innovations dans le récit de l’évolution des techniques de mesure du temps. Dans une première partie, nous ten-terons de retracer les principales étapes du développement de l’horlogerie à la fin du Moyen-Age. Ensuite nous étudierons comment cette évolution technologique va s’enrichir, au XVIIe siècle, des premiers résultats de la physique classique. Enfin nous verrons comment le travail expérimental et mathématique de Christian Huygens, au cœur des échanges de la République des Lettres, va aboutir à la mise au point du premier artefact moderne de mesure du temps.
    Bibliographie :
    – Fabien Chareix, La philosophie naturelle de Christian Huygens, Vrin, coll. « Mathesis », 2006
    – Michael S. Mahoney, Christian Huygens : The Measurement of Time and of Longitude at Sea, Princeton University, 2007
    – Joella G. Yoder, Unrolling Time : Christiaan Huygens and the Mathematization of Nature, Cambridge University Press, 2008
    – David Landes, L’heure qu’il est, Les Belles Lettres, 2017
    – Gerhard Dohrn-Van Rossum, L’histoire de l’heure : L’horlogerie et l’organisation moderne du temps, Maison des Sciences de l’Homme, 1997
    – Carlo M. Cipolla, Clocks and Culture : 1300-1700, Norton Library, 2003


16 mai, 13:00 – 15:00, salle 13

  • Jackie Feke (Univ. de Waterloo, Canada)
    Les harmoniques de Ptolémée.


30 mai, 13:00 – 15:00, salle 13

  • Luc Tiennot (Univ. de La Réunion)
    Ethnomathématique des jeux de semailles dans le sud-ouest de l’océan Indien.


6 juin, 13:00 – 15:00, salle 13

  • Eric Vandendriessche (SPHERE) et Alban Da Silva (doctorant, SPHERE)
    Ethnomathématique des dessins sur le sable du Nord Ambrym (Vanuatu).


13 juin, 13:00 – 15:00, salle 13

  • Massimo Mazzotti (Berkeley)
    L’écriture mathématique.