Partenaires

logo Sphere
CNRS
Logo Université Paris-Diderot Logo Université Paris1-Panthéon-Sorbonne


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil > Séminaires en cours > Mathématiques de l’Antiquité à l’Age classique

Axe Histoire et philosophie des mathématiques

Mathématiques de l’Antiquité à l’Age classique


Organisation : Pascal Crozet, Vincenzo de Risi et Sabine Rommevaux-Tani, (CNRS, SPHere)

Archives
2017-2018, 2018-2019,
2019-2020, 2020-2021

PROGRAMME 2021-2022



Les séances ont lieu le vendredi, de 9h30 à 12h30, en salle Mondrian, 646A, ainsi qu’à distance.
Université de Paris, bâtiment Condorcet, 4 rue Elsa Morante, 75013 Paris (plan d’accès)

22/10/2021 26/11 17/12 21/01/2022 4/02 18/02 25/03 15/04 13/05
Les titres des interventions seront détaillés ultérieurement
Pour participer en visioconférence, merci d’écrire au plus tard 24h avant la séance à : vincenzoderisi ( at ) gmail.com

22 octobre 2021

: : L’angle de contact de l’Antiquité à l’âge classique

  • Thomas Auffret (Université Paris-Sorbonne,t Centre Léon Robin, IUF)
    Quelques remarques sur l’usage philosophique de l’angle de contingence, de Zénon à Aristote
    On se propose d’étudier quelques aspects des débats épistémologiques suscités par la préhistoire de l’axiome dit d’Eudoxe-Archimède et les paradoxes métriques caractéristiques de l’angle de contingence, de Zénon à Aristote. On s’attachera, en particulier, à mettre en évidence l’importance fondamentale de ce thème dans la théorie platonicienne de la mesure, à partir de certains indices disséminés dans le corpus platonicien. Il s’agira de montrer que celle-ci constitue la réponse proposée par Platon à la polémique menée par Protagoras contre une version « naïve » et archaïque de l’axiome archimédien théorisée par Zénon, précisément fondée sur le contre-exemple intuitif de l’angle de contingence. Cette hypothèse semble corroborée par la réaction aristotélicienne, que l’on évoquera en conclusion
  • Sandra Bella (CNRS, Erc Philiumm)
    Tandem controversia Geometricarum de Angulo contactus, quae plerisque inanis visa est, in veritates desierit solidas et profuturas
    À la Renaissance, au moment de la redécouverte des Eléments d’Euclide, les mathématiciens questionnent la cohérence de ce texte, le sens de ses propositions et engagent une réflexion sur la nature des objets mathématiques. Dans ce contexte épistémologique, la figure épineuse de l’angle de contact les conduit à s’interroger, entre autres, sur les notions de grandeur, de quantité ou encore d’homogénéité.
    Leibniz et ses contemporains héritent de ces questions. Cependant, la confrontation à de nouveaux problèmes mathématiques, en particulier ceux posés par la caractérisation des courbes et leurs applications pratiques, conduit à réinvestir la notion de contact afin d’élaborer un cadre conceptuel dans lequel elle puisse se développer et s’enrichir.
    Dans cette intervention, je propose de rendre compte de mes recherches en cours concernant l’élaboration conceptuelle de Leibniz pour reformuler les questions posées par l’angle de contact et permettre de transformer « les discussions des géomètres sur l’angle de contact » en « vérités solides et fécondes ».


26 novembre



17 décembre



21 janvier 2022



4 février



18 février



25 mars



15 avril

  • Sabine Rommevaux (CNRS, SPHere)
    Les objets de la géométrie dans les Questiones mathematice de Radulphus Brito


13 mai







INFORMATIONS PRATIQUES



Bâtiment Condorcet, Université de Paris, campus Diderot, 4, rue Elsa Morante, 75013 - Paris*. Plan.
Calculer votre itinéraire avec le site de la RATP

Metro : lignes 14 and RER C, arrêt : Bibliothèque François Mitterrand ou ligne 6, arrêt : Quai de la gare. Bus : 62 and 89 (arrêt : Bibliothèque rue Mann), 325 (arrêt : Watt), 64 (arrêt : Tolbiac-Bibliothèque François Mitterrand)

Vers le haut de la page