Partenaires

logo Sphere
CNRS
Logo Université Paris-Diderot Logo Université Paris1-Panthéon-Sorbonne


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil > Axes de recherche > Histoire et philosophie de la médecine > 4 Maladie chronique, neurosciences et handicap

Axe Histoire et philosophie de la médecine

4 Maladie chronique, neurosciences et handicap



Thématiques de recherche / Membres / 2018–2022


On se propose ici d’approfondir l’histoire de la pensée médicale, le rapport de la médecine aux techniques, ses modèles épistémologiques, leurs effets en termes de prise en charge, en particulier dans les champs des maladies chroniques, des situations de handicap et des neurosciences. Ces champs ont de multiples points de rencontre : sur le versant de la pathologie, ils renvoient à des maladies ou des déficiences qu’on ne sait pas guérir, et avec lesquelles on vit de façon durable. L’histoire des neurosciences elle-même éclaire de façon fondamentale le questionnement sur la prise en charge de maladies neuro-dénégératives. Ces points de rencontre se sont concrétisés notamment dans le projet ANR NormaStim, à cheval sur la période bilan et la période prospective du Rapport quinquennal. Cette thématique permettra aussi, dans cette perspective épistémologique, de s’intéresser à la manière dont des savoirs expérientiels se constituent en vis-à-vis de ce savoir scientifique, tout en mettant l’accent sur les aspects méthodologiques et la recherche. Enfin, c’est notamment à partir de cette thématique que les liens avec la thématique transversale « Histoire culturelle et interdisciplinaire des techniques » (nouvel axe 5) pourront être développés, avec la perspective d’un colloque organisé conjointement et unissant les angles d’approches des deux thématiques : « cerveau et techniques : perspectives historiques et épistémologiques ».


Cette thématique réunit ainsi en premier lieu une série de recherche sur l’histoire des savoirs sur le cerveau et le statut du cerveau dans la vie humaine, en lien avec d’autres travaux inscrits dans l’Axe relatif aux sciences de la vie. Dans les champs de la thérapeutique, de l’histoire et l’épistémologie des sciences du cerveau, Jean-Claude Dupont continuera ses recherches sur l’histoire du médicament, de la stimulation cérébrale et de la neurochirurgie afin d’approfondir les modèles de construction de théories du remède d’un point de vue technique et épistémologique. Puis Céline Cherici, en cours de préparation d’une HDR, poursuivra ses travaux sur l’histoire et l’épistémologie du concept de cerveau électrique du XVIIIe au XXe siècle.


Elle accueille également une série de travaux sur le savoir médical, ses frontières, ses modes de patrimonalisation et son iconographie. Céline Cherici développera un travail sur la signification et l’importance des images du corps à travers l’histoire et depuis la Renaissance, elle prolongera un mouvement épistémologique initié il y a déjà quelques temps sur l’histoire des images du corps en général et du cerveau en particulier. Marie Gaille poursuivra sa recherche sur le savoir médical dans une direction contemporaine et historique : d’une part, dans le prolongement du projet ANR NormaStim, sur l’émergence d’un savoir expérientiel de la maladie chronique et ses effets sur la pratique médicale ; d’autre part, la poursuite de la recherche sur la pensée médico-philosophique de Cabanis et l’enjeu de la séparation de la philosophie et de la médecine. Gilles Barroux engage une HDR sous la supervision de Marie Gaille qui nourrit la recherche sur l’histoire de la médecine et les frontières de la pensée médicales, sur le sujet de l’éclectisme en médecine au 18e siècle. Lucia Candelise continuera à travailler sur la diffusion des pratiques médicales chinoises en Europe en se concentrant sur les patients et la société civile plus large. Elle poursuivra également son travail autour de la patrimonialisation des savoirs médicaux. Au cours de l’année 2018 elle souhaite ouvrir un nouveau chantier de travail sur une recherche interdisciplinaire, entre l’histoire sociale, l’anthropologie médicale et l’anthropologie filmique. Enfin, Olivier Doron s’intéressera à l’histoire des concepts de « capacité » en psychiatrie et notamment à l’histoire de l’expertise psychiatrique en matière de capacité civile au XIXe - et donc de la notion de "capacité", qui croise celle du handicap.


Ce travail fait le pont avec le troisième volet de cette thématique, relatif aux situations de handicap et à la prise en charge des maladies chroniques et neuro-dégénératives. Il sera, au début du prochain quinquennal, nourri par les prolongements du projet ANR Normastim sur la prise en charge de la maladie de Parkinson par stimulation cérébrale profonde. Sur ce volet du rapport à la technique, il faut aussi noter la participation de SPHERE au projet de GDR "Réparer l’humain" en cours d’évaluation auprès du CNRS. Les travaux de Philippe Bizouarn sur les aspects anthropo-techniques et éthiques du cœur artificiel s’inscrivent dans cette perspective. Ce volet est aussi enrichi par 3 travaux doctoraux encadrés par Marie Gaille : ceux de César Meuris, Agathe Camus et Mathilde Lancelot, l’un en travaillant sur la construction de la capacité d’autonomie dans le contexte de la prise en charge de la maladie d’Alzheimer, l’autre sur la décision en espace médical contraint et enfin, la troisième sur les enjeux épistémologiques et anthropologiques de la prise en charge par stimulation cérébrale profonde.Enfin, les recherches d’Alain Leplège s’inscrivent dans le cadre de collaborations interdisciplinaires (souvent internationales) autour de projets empiriques. Elles portent sur des questions qui se situent à l’interface de la réflexion méthodologique inhérente à la recherche scientifique et de la clarification conceptuelle informées par l’Histoire et la Philosophie des sciences. L’accent est mis sur les problèmes méthodologiques et épistémologiques posés par l’évaluation des interventions complexes en santé et la mise en place de recherches de service de santé (Health Service Research) en articulation avec les travaux menés dans le cadre de l’Equipe d’Accueil 4360 APEMAC. Il s’intéresse également aux problématiques conceptuelles, méthodologiques et éthiques qui se posent dans le champ des handicaps en général avec une attention plus particulière aux problèmes rencontrés dans le champ de la santé mentale. Il soutient le développement de recherches interventionnelles et participatives en Ile de France en association avec 4 EPSM, 11 associations gestionnaires d’établissements sociaux, sociaux médico-sociaux et sanitaires ainsi qu’une vingtaine de collègues appartenant à une quinzaine d’équipe d’accueil ou d’UMR.



Membres / Thématiques /

Responsables
CHERICI Céline
LEPLEGE Alain
Chercheurs - Doctorants - Post-doctorants
BARROUX Gilles
BIZOUARN Philippe
CAMUS Agathe
CHABERT Anne-Lyse
DORON Claude-Olivier
DUPONT Jean-Claude
GAILLE Marie
LANCELOT Mathilde
MEURIS César

Liens vers les pages dédiées aux autres thématiques de cet axe :