Partenaires

logo Sphere
CNRS
Logo Université Paris-Diderot Logo Université Paris1-Panthéon-Sorbonne


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil > Séminaires en cours > Historical, philosophical and anthropological approaches to numbers, measurement and measurability

Axis Interdisciplinarity in History and Philosophy of Science

Historical, philosophical and anthropological approaches to numbers, measurement and measurability



The SPHERE Laboratory has opened an interdisciplinary theme "Historical, philosophical and anthropological approaches to numbers, measurement and measurability" (see http://www.sphere.univ-paris-diderot.fr/spip.php?article2019&lang=fr).



Organisation : Nadine de Courtenay (HPS, Univ. Paris Diderot & SPHere), Christine Proust (CNRS, SPHERE)

Archives : 2017-2018, 2018-2019


SCHEDULE 2019-2020

Date
Time Theme Organization
October 9 Postponed session !! Scales in social sciences E. Lejeune
November 20 9:30–13:00 Numeracy systems and languages :
historiography and critical approach
C. Proust
December 11 9:30–13:00 Between measurement and calculation : history of mathematical instruments M. Pegny
January 8, 2020 9:30–13:00 Discussion of a text by Clark on the relationship between time and space N. de Courtenay, S. Rommevaux-Tani
February 5 9:30–16:00 One problem, several possible measures E. Lejeune, M. Lacomme,
M. Pegny
March 11 9:30–16:30 The role of uncertainties in different disciplines N. de Courtenay
April 1st Uncertainty and identity in the measure of the unobservable S. Hijmans, N. de Courtenay
May 13 9:30–16:00 History of units of measurement of length and surface C. Proust, C. de Varent
June 3 9:30–13:00 A critical approach to the opposition between ’concrete’ and ’abstract’ numbers C. Proust,

E. Vandendriessche

Monthly sessions take place on Wednesdays, at the University of Paris–Paris Diderot, Room Mondrian (646A), Building Condorcet, 4, rue Elsa Morante, 75013 Paris (map)

The details of the sessions will be displayed during the semesters



ABSTRACTS

Wednesday November 20, 2019, 9:30am–1:00pm, Room Mondrian, 646A

Numeracy systems and languages : historiography and critical approach

Session organized by C. Proust (CNRS, SPHERE)

  • Karine Chemla (CNRS, SPHERE)
    Historiographie et histoire du système positionnel décimal en Chine
    L’historiographie des nombres en Chine a en général considéré l’émergence du système positionnel décimal dans l’Empire du milieu depuis la perspective d’une histoire des signes à l’aide desquels on a écrit la langue. Je montrerai que pareille historiographie repose sur plusieurs hypothèses tacites et qu’elle suppose en particulier que l’écriture des nombres en système positionnel décimal vise avant tout, comme les caractères notant la langue ordinaire, à exprimer des quantités. J’argumenterai que le système positionnel décimal a émergé en Chine hors d’un contexte d’écriture de la langue et dans l’objectif d’exécuter des opérations, avant d’être employé pour exprimer des nombres. On comprend mieux, depuis cette perspective, pourquoi l’usage de positions pour écrire les nombres dans un contexte de calcul s’insère dans une pratique qui s’appuie beaucoup plus largement sur les positions. Sur la base de cette hypothèse, il est intéressant que l’on puisse distinguer en Chine deux traditions de calcul, l’une que l’on pourrait appeler contentuelle et qui procède par raisonnement, en écrivant les nombres à l’aide du système de numération de la langue ordinaire, et l’autre, formelle, qui procède en opérant des transformations sur des inscriptions dotées de propriétés spatiales.
  • Christine Proust (CNRS, SPHERE) & Jean-Jacques Glassner (CNRS) : tba


Wednesday December 11, 9:30am–1:00pm, Room Mondrian, 646A

Between measurement and calculation : history of mathematical instruments

Session organized by M. Pegny

The study of the instruments constitutes a major material source for the historiographies of measurement and calculation. During this session, we will pay particular attention to analog instruments, these instruments manipulating the continuum that the success of the digital model has relegated to oblivion, and to the conceptual problems posed by their classification as a measuring instrument or calculating instrument.

  • Loïc Petitgirard (CNAM)
    Mesurer et calculer : de l’histoire des instruments « réalisant une transformée de Fourier »
    L’exploration de l’histoire des instruments « réalisant une transformée de Fourier » livre une pléiade d’objets qui sont par conception des instruments de mesure doublés d’instruments de calcul. Dans les spectromètres à transformée de Fourier, dans les dispositifs pour la cristallographie par rayons X, dans l’optique de Fourier, la capacité à faire une mesure ne prend sens que parce qu’elle est combinée à une capacité de calcul (d’inversion) de transformée de Fourier. Par principe, et en pratique, ces instruments agrègent et font système de dispositifs dédiés à la mesure et d’organes de calcul. Selon que ces instruments sont analogiques ou numériques, les modalités de cette hybridation mesure / calcul sont différentes. Si on y ajoute les impératifs d’automatisation des procédures et des résultats, la capacité à livrer un résultat en temps-réel, les choix de conception et les types d’instrumentations possibles ont été encore multipliés ….au moins jusqu’à l’introduction et la diffusion massive du célèbre algorithme de FFT (Fast Fourier Transform – 1965). L’exposé vise à donner un aperçu de quelques-unes de ces hybridations, et tentera d’en dresser une typologie permettant de dépasser les catégories classiques : instrument matériel vs instrument mathématique ; instrument de mesure vs instrument de calcul.
  • Maël Pégny (IHPST)
    Mesure ou calcul ? Enjeux historiques et philosophiques de la classification des instruments analogiques
    L’histoire des instruments de calcul analogiques est décisive pour la compréhension de l’histoire des techniques computationnelles, dans la mesure où elle s’inscrit dans le temps long et joue un rôle décisif pour des domaines majeurs de la demande de calcul, comme le calcul astronomique ou la simulation de grands problèmes d’ingénierie. L’examen des sources matérielles pose cependant des problèmes redoutables de délimitation et de classification : qu’est-ce qui doit compter comme instrument de calcul par opposition à un instrument de mesure ? Qu’est-ce qu’un dispositif de calcul automatisé ? Qu’est-ce qu’une machine de calcul par opposition à un dispositif de simulation ou de visualisation ? Répondre à ces questions implique un retour philosophique sur les sens de ces classifications, et les problèmes théoriques qu’elles nous aident à résoudre.


Wednesday January 8, 2020, 9:30am–1:00pm, Room Mondrian, 646A

Discussion of a text by Clark on the relationship between time and space

Session organized by N. de Courtenay & S. Rommevaux-Tani



Wednesday February 5, 9:30am–4:00pm, Room Mondrian, 646A

One problem, several possible measures

Session organized by E. Lejeune & M. Lacomme & M. Pegny

During this session, we will consider the cases where several metrics are possible to answer a question. Through case studies from various fields and disciplines (evolutionary biology, big data, historiography), we will deal with issues arising from a choice of metrics or measurement methods. We will discuss issues related to the definition of metrics, the choice of a set of data, the representation of data as well as the ability to compare results from different measurement methods.

  • Guillaume Lecointre (Pr at National Museum d’Histoire Naturelle)
    La mesure de la parenté entre espèces et de la construction des arbres phylogénétiques
  • Christophe Denis (LIP6, Sorbonne Université)


Wednesday March 11, 9:30am–4:30pm, Room Mondrian, 646A

The role of uncertainties in different disciplines

Session organized by N. de Courtenay



Wednesday April 1rst, Room Mondrian, 646A

Uncertainty and identity in the measure of the unobservable

Session organized by S. Hijmans (Univ. Paris Diderot, SPHERE) & N. de Courtenay



Wednesday May 13, 9:30am–4:00pm, Room Mondrian, 646A
History of units of measurement of length and surface

Session organized by C. Proust & C. de Varent (SPHERE & LDAR)

  • Camille Lecompte (ARSCAN) & Christine Proust (CNRS, SPHere)
  • Serafina Cuomo (Durham University)
    Measurement in the ancient Greek and Roman world
    This paper will explore measurement in the ancient Greek and Roman world by focussing on use and practice, rather than metrological systems. Drawing on recent scholarship about trust and transmission of information in Greek and Roman antiquity, I will argue that measurement practices only made use of measurement units under particular circumstances. Those circumstances provide insights into the significance of mathematics, measurement, trust and accuracy in the ancient Greek and Roman world


Wednesday June 3, 9:30am–1:00pm, Room Mondrian, 646A

A critical approach to the opposition between ’concrete’ and ’abstract’ numbers’

Session organized by C. Proust & E. Vandendriessche

  • Baptiste Fiette (ANR EcritUr)
    Mesurer les récoltes de céréales à l’aide du nombre-šukunnûm en Babylonie ancienne
    La documentation cunéiforme de la Babylonie ancienne révèle un coefficient de rendement agricole, appelé šukunnûm, qui est utilisé pour calculer de grandes quantités de céréales. Ce nombre apparaît sur des tableaux de rendement de champs et sur des registres de récoltes, sans unité de mesure qui lui serait associée. Il est calculé en fonction de telle capacité de grain produite sur telle unité de surface : en GUR par BUR₃ (300 litres par 6,48 hectares) ou en GIN par SAR (1/60e de litre par 36 m2). L’objectif de ma présentation est d’étudier le contexte d’apparition du nombre-šukunnûm afin d’établir pourquoi il est élaboré à partir de ces unités de mesure de capacité et de surface, et comment il est utilisé par les acteurs de la comptabilité des céréales en lieu et place des instruments de mesure. Pour ce faire, je m’appuierai sur ses attestations dans les archives de Šamaš-hazir, qui fut le responsable du domaine royal de Hammu-rabi de Babylone (1792-1750 av. J.-C.) dans la région de Larsa, au sud de la Mésopotamie. Son rôle dans la gestion des terres et des récoltes est abondamment documenté par toutes sortes de sources, ce qui me permet de replacer l’étude du nombre-šukunnûm dans un contexte d’exploitation agricole bien établi.
  • Christine Chambris (André Revuz, Université de Cergy-Pontoise)








VENUE : Map


Metro line 14 / RER C / Stop : Bibliothèque François Mitterrand
Metro line 6 / Stop : Quai de la Gare
Bus 64 / Stop : Tolbiac-Bibliothèque François Mitterrand
Buses 62 & 89 / Stop : Avenue de France or Bibliothèque François Mitterrand (terminus)
Bus 325 / Stop : Watt